Micro lanceurs : la proposition d'Arianespace fait pschitt...

Le PDG d’Arianespace milite pour le développement d’un lanceur : des microfusées adaptées aux constellations de micros satellites. Mais pour des raisons financières et de calendrier, ni l’Agence spatiale européenne (ESA) ni Airbus Safran Launchers ne souhaitent s’engager rapidement dans cette voie.

Partager

Lancement Ariane 5- Arianespace

L’idée lancée par Stéphane Israël PDG d’Arianespace d’inciter l’Europe à disposer à l’horizon de la prochaine décennie d’un nouveau lanceur optimisé pour le lancement des micros satellites, ne soulève guère l’enthousiasme dans la communauté spatiale européenne. Lors de la conférence de la World Satellite Business Week qui se tient à Paris cette semaine, et qui réunit les principaux décideurs de l’industrie spatiale, ses principaux partenaires européens ont plutôt accueilli la proposition avec tiédeur. "Où est l’argent ?", répond à l'Usine Nouvelle Jan Woerner, le nouveau directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), laissant nettement comprendre que le micro lanceur ne faisait pas partie des priorités de son agence.

Vega, adaptée aux constellations

Selon certaines sources, il faudrait plusieurs centaines de millions d’euros pour développer une fusée capable d’envoyer de l’ordre de 300 kilos en orbite basse. Or l’Agence spatiale européenne vient en effet de définir ses priorités en matière d’investissement lors de la dernière conférence ministérielle de décembre 2014 au Luxembourg. Elle va déjà consacrer 4 milliards d’euros pour concevoir les deux nouveaux lanceurs Ariane 6, en remplacement d'Ariane 5, et Vega C, second lanceur européen commercialisé par Arianespace capable d’envoyer jusqu’à 1,4 tonne en orbite basse.

De son côté, le principal industriel européen du spatial, Airbus Safran Launchers estime que le petit lanceur Vega répondra aux besoins du marché à court et moyen terme. "Aujourd’hui, l’Europe est en train de moderniser Vega avec à la clef des réductions de prix significatives. Il sera le cheval de l’Europe pendant encore plusieurs années (…) Aujourd’hui et encore demain, Vega est et sera adaptée pour répondre au défi des constellations avec une capacité de lancer une poignée de satellites dans la gamme des 100 à 300 kilos de manière très compétitive. Mais peut-être pas à un horizon de dix ans où je pense qu’il y aura encore une rupture du prix de l’accès à l’espace des petits satellites", estime Alain Charmeau, président d’Airbus Safran Launchers. Le dirigeant a précisé que son entreprise travaillait sur plusieurs idées de concepts.

Hassan Meddah

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
ARTICLES LES PLUS LUS