Michelin ouvre des négociations sur la compétitivité de ses usines françaises

Michelin a engagé des discussions sur la compétitivité de ses usines françaises avec les syndicats de différents sites, rapporte ce 6 mai le journal Les Echos.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Michelin ouvre des négociations sur la compétitivité de ses usines françaises
Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

Michelin négocie avec les syndicats sur la compétitivité de ses usines françaises. Selon le quotidien, un accord pourrait être conclu d'ici à la fin du mois sur le site de Roanne (Loire), qui compte 830 salariés, après la mise en place de groupes de travail en septembre 2014, afin de gagner en flexibilité et de réduire les coûts. Dans la même logique, des groupes de travail vont être mis en route ce mois-ci sur les sites de La Roche-sur-Yon (Vendée), qui compte 616 salariés, et de Combaude, sur la commune de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) avec 983 salariés, précise le journal. "Si l'on doit attendre pour connaître les objectifs précis de la direction pour les usines de La Roche-sur-Yon et Combaude, le contenu des négociations de Roanne est clair", écrit le quotidien économique Les Echos.

modernisation du site contre révision du temps de travail

La direction propose de pérenniser le site roannais avec des investissements de plusieurs dizaines de millions d'euros pour changer les machines et moderniser l'appareil de production en échange d'une révision du temps de travail avec la mise en place d'une organisation en "5×8", afin d'assurer un fonctionnement continu sur les 24 heures d'une journée, y compris le week-end. La future organisation prévoit également un recours au travail le dimanche plus systématique et plus contraint alors qu'il reposait sur le volontariat jusqu'à présent.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Après une réunion qui s'est tenue le 5 mai, les syndicats doivent désormais présenter le projet aux salariés et se positionner, indique le journal soulignant que les usines françaises de Michelin sont parmi les moins compétitives du groupe.

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Michelin pour un commentaire.

Avec Reuters (Alexandre Boksenbaum-Granier, Jean-Michel Bélot)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS