Michelin bénéficiaire au 1er semestre, voit le rebond continuer

PARIS (Reuters) - Michelin annonce un bénéfice net au premier semestre, alors qu'il était en perte un an plus tôt, et dit s'attendre à une poursuite du rebond de la demande en pneumatiques sur la deuxième partie de l'année.

Partager

Le groupe, leader mondial du secteur avec le japonais Bridgestone, a dégagé sur les six premiers mois de 2010 un bénéfice net part du groupe de 503 millions d'euros, alors qu'il accusait un an plus tôt, au plus fort de la crise de l'automobile, une perte de 122 millions.

Ses ventes nettes ont rebondi de 17% à 8,35 milliards d'euros, soit une hausse de 15,3% en volume.

"L'environnement au second semestre devrait être marqué par la poursuite du net rebond des marchés de pneumatiques, même si l'intensité de la reprise économique varie d'une région à l'autre", a indiqué Michelin dans un communiqué.

Le groupe a ainsi confirmé son objectif d'une croissance des volumes vendus supérieure à 10% en 2010 et dit viser une marge opérationnelle pouvant approcher 9% avant éléments non récurrents, après un taux historiquement élevé de 9,8% au premier semestre contre 4,0% un an plus tôt.

Michelin a également maintenu son objectif d'un cash flow libre positif sur l'année, bien que ce cash flow ait été négatif de 30 millions d'euros au premier semestre - contre +575 millions un an plus tôt - une évolution "liée notamment à l'augmentation des besoins en fonds de roulement résultant de la reprise de l'activité du groupe", explique la société.

Les stocks, en augmentation de 669 millions d'euros sur le semestre, ont également subi la hausse des cours des matières premières, notamment le caoutchouc et le pétrole. L'effet de cette hausse, estimé entre 600 et 650 millions d'euros pour l'année 2010, se matérialisera dans les comptes du second semestre.

Dans ce contexte, Michelin a annoncé qu'il relèverait de 3% ses tarifs pour les pneus de remplacement voitures et camionnettes à partir de septembre.

L'action a clôturé jeudi à 59,35 euros, donnant une capitalisation boursière de près de neuf milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris 10% environ, après un gain de plus de 40% sur l'ensemble de 2009.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS