Michel Sapin relativise l'importance du rapport Gallois

Si pour le ministre du Travail, le rapport commandé à l'ancien patron d'EADS est "un élément extrêmement sérieux" dans la réflexion du gouvernement sur la compétitivité, "mais ce n'est pas le seul point de vue qui compte". Le Haut conseil du financement de la protection sociale a aussi été sollicité pour "faire un état des lieux". Le gouvernement ne tranchera pas avant janvier 2013.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Michel Sapin relativise l'importance du rapport Gallois

Le ministre du Travail Michel Sapin a mis en doute, ce dimanche 21 octobre, les informations du Figaro concernant le contenu du rapport Gallois. Selon le quotidien, l'ex patron d'EADS et de la SNCF préconiserait un baisse des cotisations sociales de l'ordre de 30 milliards d'euros, une réduction des dépenses publiques et une légère augmentation de la CSG et de la TVA.

"Je ne suis pas absolument persuadé que ce soit les bonnes informations. Attendons le rapport Gallois pour savoir ce qu'il y a dans le rapport Gallois. Ce n'est pas le rapport Figaro", a déclaré Michel Sapin à l'antenne de France 3.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le ministre a ensuite relativisé l'importance de ce rapport qui doit lui être présenté le 5 novembre : "la méthode du gouvernement, c'est de demander à M. Gallois qui a une expérience de l'affaire (...) de nous dire son point de vue". Il a ajouté que le Haut conseil du financement de la protection sociale avait aussi été sollicité pour "faire un état des lieux".

Pas de décision avant janvier

"Les deux textes vont arriver au même moment, a précisé Michel Sapin, ensuite, nous continuerons à confronter, à réfléchir (...) En janvier, il y aura un rapport définitif du Haut conseil, le gouvernement tranchera à ce moment-là", a-t-il poursuivi, affirmant que "d'ici là il n'y a pas de décision".

"Le rapport Gallois est un élément, et qui sera extrêmement sérieux (...) mais ce n'est pas le seul point de vue qui compte", a résumé le ministre.

Des explications qui ne rassureront pas les partisans d'un "choc de compétitivité", qui passerait par une importante baisse du coût du travail en allégeant les cotisations patronales notamment.

Face au déficit persistant du commerce extérieur, Michel Sapin a argué que l'effort devait être porté dans les secteurs en concurrence avec l'étranger. "Le secteur qui est dans la compétition internationale, il faut le soutenir, il y a des mesures à prendre, y compris des mesures qui peuvent porter sur le coût du travail", a t-il insisté.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS