Economie

Michel Sapin réclame une réindustrialisation du site de Michelin

, ,

Publié le

Le ministre du Travail Michel Sapin a réagi, ce mardi 11 juinn, sur France Inter, après l’annonce faite par Michelin. Le veille, le pneumaticien a annoncé cesser la production de pneus sur son site de Joué-les-Tours, avec à la clé la suppression de 730 postes.

Michel Sapin réclame une réindustrialisation du site de Michelin © Pascal Guittet

Echaudé par les divers plans sociaux qui ont émaillé le début du quinquennat de François Hollande, le gouvernement aura des "exigences très fortes" vis-à-vis de Michelin, a fermement averti Michel Sapin, le ministre du Travail, invité à réagir sur France Inter. "Michelin gagne de l'argent, Michelin doit utiliser une partie de cet argent gagné pour qu'il n'y ait aucun Michelin à Pôle emploi et pour que le site de Joué-les-Tours soit réindustrialisé", a-t-il insisté.

"Je veux un dialogue social exemplaire, respectueux et en particulier respectueux des salariés qui sont dans une grande difficulté, je veux qu'il y ait un accompagnement des salariés en difficulté", a-t-il indiqué avant d’ajouter que le gouvernement sera "particulièrement attentif" à la "qualité du dialogue social, à la vérité de ce dialogue social et à la capacité pour cette grande entreprise d'accompagner les restructurations qu'elle considère comme nécessaires et qui ne doivent provoquer (...) ni de la casse sociale, ni de la casse locale".

Alors qu’on lui demandait si le gouvernement avait été mis au courant de cette restructuration, il a répondu: "Qu'une grande entreprise comme Michelin ait des contacts avec les ministres qui sont concernés (...) c'est la moindre des choses" mais "un plan social c'est quelque chose de très concret et de très précis et ça se discute avec les représentants des salariés. Sinon, c'est contraire à la loi".

"C'est aux salariés, c'est aux représentants des salariés que la direction de Michelin (...) doit des informations, doit des explications", a-t-il ajouté.

Pas de fermeture d’usine

Au même moment, le patron de Michelin Jean-Dominique Sénard était interrogé sur Europe 1. Il a affirmé ne pas être coutumier de "la langue de bois". Et il a affirmé  : "Il n'y a pas de sujet de fermeture d'usines aujourd'hui c'est clair".

Il a répété que Michelin "aidera tous les employés" concernés par l'arrêt au premier semestre 2015 de la production de son atelier poids lourds d'Indre-et-Loire.

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte