Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Mia Electric remporte une commande de 100 véhicules pour EDF

, , , ,

Publié le

Le constructeur de voitures électriques Mia Electric, basé à Cerizay (Deux-Sèvres), livrera le groupe énergétique dans les prochains mois. Le fabricant, qui a changé d'actionnaire en juin, aimerait cibler le marché des particuliers.

Mia Electric remporte une commande de 100 véhicules pour EDF © D.R.

Elle avait promis une stratégie ambitieuse pour accroître les ventes. Michelle Boos vient de convaincre EDF ! La toute nouvelle patronne de Mia Electric, 5ème constructeur de voitures électriques français, a annoncé via un communiqué avoir remporté une commande de 100 véhicules pour le groupe énergétique, vendredi 26 juillet. Elle livrera les voitures dans les "prochains mois".

Basé à Cerizay, dans les Deux-Sèvres, Mia Electric est née de la cession avec Heuliez en 2010. Il y a tout juste un mois, la société est passée sous contrôle du consortium Focus Asia Gmbh, après avoir traversé une longue période difficile sous l'aile de l'allemand Edwin Kolh. La région Poitou-Charentes conserve une part de 12% dans l'entreprise. 

Une longue pente à remonter

Avec 337 unités vendues en 2012, pour un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros, Mia Electric a une longue pente à remonter, d'autant qu'elle prévoyait 12 000 unités produites. "Un objectif absolument irréalisable, compte-tenu de la crise de l'automobile" s'était alors justifié le directeur général de l'époque, Laurent Buffeteau. Et au milieu de constructeurs comme Bolloré (Bluecar) ou Renault (Zoe), la société de 220 salariés doit jouer des coudes pour se faire une place sur le marché très restreint de la voiture zéro émission.

Mais Michelle Boos affirme que l'entreprise a doublé ses ventes en juin pour atteindre 68 unités "auprès de particuliers français et internationaux". Elle prévoit de vendre 700 voitures pour l'année 2013 et projette de produire mensuellement 200 véhicules en 2014, ce qui permettrait à la voiture électrique d'être rentable.

Un véhicule qui peine à séduire le grand public

En février, le fabricant a reçu une commande de 500 véhicules de la part de la centrale d'achat de la fonction publique, l'UGAP. Mais la marque aimerait s'orienter vers le marché des particuliers en réduisant le coût à la vente.

Pour l'instant, avec un utilitaire à 8000 euros et une trois places à partir de 10 500 euros, la Mia peine à séduire le grand public. Mais le nom lui, inspiré de la célèbre chanteuse britannique, a déjà envouté les villes de Nice (Alpes-Maritimes) et La Rochelle (Charente-Maritime), équipées d'un système d'auto-partage 100% Mia.

Timothée L'Angevin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle