Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Mia Electric : premier contrat en Asie, un Coréen fait son entrée au capital

, ,

Publié le

Mia Electric (ex-Heuliez) a annoncé l'entrée à son capital d'une société d'investissement présidée par le Coréen Mark Rho dans le cadre de son premier contrat décroché en Asie.

Mia Electric : premier contrat en Asie, un Coréen fait son entrée au capital © Mia electric

Le nouvel actionnaire, Mia Electric Asia, s'est engagé à racheter 10% des actions Mia pour 5,3 millions d'euros. Après cette opération, le principal actionnaire de Mia Electric, Focus Asia GmbH, passera de 88% à 78% du capital, tandis que la région Poitou-Charentes conservera ses 12%.

"Ce contrat de commercialisation ouvre la voie à de formidables développements pour Mia Electric en Asie", a déclaré Mark Rho, cité dans le communiqué.

Dans le cadre de ce contrat d'un million d'euros, la société présidée par la franco-coréenne Michele Boos a déjà obtenu près de 700 commandes fermes et vise 2 500 ventes en 2014 dans la zone Asie-Pacifique. Un porte-parole de Mia a précisé que le périmètre de commercialisation comprenait le Japon, la Corée, la Malaisie et l'Australie, mais pas la Chine pour l'instant.

Mia Electric est né en 2010 de la reprise de l'activité véhicule électrique du groupe Heuliez par l'investisseur allemand Edwin Kohl. Basé à Cerizay (Deux-Sèvres), il a été racheté par Focus Asia GmbH en 2013, année marquée également par l'entrée de la région Poitou-Charentes au capital.

Mia, qui a pour ambition de devenir le deuxième constructeur de véhicules électriques en France d'ici la fin du premier trimestre 2014, se classait cinquième seulement l'an dernier sur le marché de la voiture électrique avec 337 véhicules vendus sur un total de 5.663 unités. Il compte accélérer ses ventes cette année à 900 véhicules.

Les activités historiques d'Heuliez (carrosserie, ferrage, emboutissage et assemblage) a été quant à elle placée en liquidation judiciaire fin septembre, faute d'avoir trouvé un repreneur.

Avec Reuters (Gilles Guillaume)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle