Métaux ferreux : L'acier chauffé à blanc

Demandes chinoise et américaine provoquent la spirale des prix.

Partager

La plus importante hausse de l'acier depuis trente ans devrait se poursuivre au moins jusqu'à mi-2004. Aux Etats-Unis où ce mouvement, renforcé par la faiblesse du dollar, est le plus exacerbé, certaines qualités se sont déjà appréciées de 10 à 15 % et pourraient enregistrer des hausses de 50 % d'ici à juillet. L'explosion de la demande chinoise d'acier a tiré la consommation des intrants - la Chine est le premier producteur mondial - et celle de l'acier dont elle est le premier importateur. Conséquence, 20 % de hausse pour la production locale et 13 % pour les imports japonais.
Au Japon, Kobe Steel et Nippon Steel estiment qu'une hausse de 10 % - la quatrième depuis 2002 - de leurs produits est nécessaire pour compenser celle des intrants et de leur acheminement. Elle ne fera, selon les aciéristes, que contrebalancer la chute des prix induite par le programme de réduction de coûts initié par Nissan. C'est d'au moins 14 % que le coréen Posco va augmenter le tarif de ses laminés sur le marché intérieur, et cette vague atteint le Vietnam où le prix de l'acier de construction est au plus haut. En Europe, ThyssenKrupp, après une hausse le 1er janvier, va renchérir ses produits plats de 30 à 40 euros au 1er avril, alors que Corus remontera ses tarifs de 33 euros par tonne en février et de 65 en mars. Arcelor attendra le second trimestre pour relever le prix de ses produits plats d'au moins 8 %. Pour ses produits longs, le sidérurgiste a mis en place un système d'extra tenant compte de l'envol des ferrailles.
DANIEL KRAJKA
L'Usine Nouvelle N° 2904 - (12/02/2004)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS