L'Usine Matières premières

METALLURGIE : Perte de vitesse

Publié le

Cette année se caractérisera par un ralentissement. Après une hausse du volume de la production métallurgique de 8 % l'an passé (+ 12,2 % pour la seule production d'acier brut), la croissance va se modérer et tomber aux alentours de 3 %.  

Le principal facteur de ralentissement de la conjoncture en 1998 réside dans la reconstitution des stocks opérée l'an passé. L'évolution de la demande de produits métallurgiques sera ainsi, au cours des prochains mois, plus directement fonction de l'évolution des besoins finals. En outre, le niveau correct auxquels sont parvenus les stocks ouvre désormais la possibilité d'un retournement, dès l'instant où les attentes se dégradent en ce qui concerne les prix. Et, dans ce domaine, un rôle clé est dévolu à la psychologie des marchés, aujourd'hui sous l'influence de la crise financière en Asie, demain à la merci d'une chute du dollar. Une psychologie qui affecte déjà la conjoncture des non-ferreux, l'évolution des stocks dits " régula-teurs " et, par ricochet, des posi-tions à terme des gestionnaires ayant davantage d'influence que celle du ratio offre/demande. Ainsi, le net raffermissement de la demande de secteurs clés tels que l'aéronautique ou le bâtiment n'enraie pas la dégradation des cours de l'aluminium ou du cuivre. L'environnement international sera également moins propice en 1998. L'ascension du dollar est pour le moins remise en cause. La demande nord-américaine fléchit. Et, simultanément, la crise financière en Asie réduit la solvabilité d'un certain nombre d'industries utilisatrices alors même que les dévaluations dopent la compétitivité des aciéristes dans cette région (voir ci-contre le point de vue de notre invité de la semaine). En France et en Europe, les perspectives des principaux secteurs clients de la métallurgie n'en demeurent pas moins le plus souvent favorables pour 1998. Les efforts de gains de productivité des entreprises vont continuer d'alimenter leur demande de biens d'équipement. Cela favorisera la conjoncture de la construction mécanique (croissance de 4,5 % en 1998, contre 4 % en 1997), et, à un moindre degré, celle de la construction métallique. Malgré tout, on ne sera pas dans un contexte d'extension des capacités de production. La demande adressée par la construction d'automobiles à la métallurgie est bien orientée en ce début d'année. Néanmoins, un ralentissement est attendu, car les effets stimulants des primes vont disparaître. Enfin, la reprise de la demande du B-TP est pour l'instant essentiellement attribuable aux activités de second oeuvre. Aucune amélioration n'est en vue pour les infrastructures.



L'invité de la semaine

Peter M. Fish
, Directeur général MEPS - European Steel Review (Sheffield)

" L'impact de la crise asiatique sera sensible au second semestre. "

"Jusqu'ici, l'avantage de prix résultant des dévaluations massives des monnaies asiatiques n'a pas contaminé les marchés des Etats-Unis et d'Europe. Les aciéries de l'Ouest sont encore protégées par le niveau élevé de leurs carnets, et, pour l'instant, les offres faites par la concurrence asiatique ne sont pas assez compétitives pour dégrader le marché. Mais cette dégradation pourrait bien se produire au second semestre. Le bénéfice de la dévaluation est énorme à court terme pour les aciéristes sud-coréens. La perte de valeur du won au cours des six derniers mois leur a donné un avantage relatif à l'exportation de 60 dollars américains la tonne, un avantage similaire pour les autres producteurs du Sud-Est asiatique, dont 65 % des coûts des hauts-fourneaux sont liés aux monnaies locales. Pour les aciéries électriques, l'avantage est plus faible, car les matières premières et l'énergie sont une composante plus importante des coûts. Ces avantages ne seront toutefois pas durables - les dévaluations sont toujours suivies d'une phase d'inflation interne. Mais il faudra attendre deux ans avant qu'ils soient complètement épuisés. "








 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte