MétallurgieL'américain Mueller débarque dans l'Europe du cuivreQuelques semaines après l'anglais Wednesbury, l'américain Mueller Industries achète un autre producteur de tubes de cuivre, le français Desnoyers

Partager

Métallurgie

L'américain Mueller débarque dans l'Europe du cuivre

Quelques semaines après l'anglais Wednesbury, l'américain Mueller Industries achète un autre producteur de tubes de cuivre, le français Desnoyers

.

Depuis le début des années 90, ils étaient surtout préoccupés par la stagnation de leur marché et la concurrence des producteurs à bas coûts. Aujourd'hui, c'est à un nouveau défi américain qu'ils sont confrontés. Dire que les industriels européens du tube de cuivre sont surpris par les achats, coup sur coup, de l'anglais Wednesbury Tube et du français Desnoyers par l'américain Mueller Industries confine à l'euphémisme. Ils sont véritablement sous le choc. L'entreprise contrôlée par la famille Dubedout, qui a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 600 millions de francs, a été cédée pour environ 75 millions de francs (y compris certaines reprises de dettes). En quelques semaines, le groupe, établi dans le Tennessee, s'est donné les moyens de devenir l'un des principaux acteurs sur le Vieux Continent. L'usine de Wednesbury et les deux sites de Desnoyers (Laigneville, dans l'Oise, et Longueville, dans la Seine-et-Marne) affichent une production d'environ 25 000 tonnes de tubes. Avis aux autres secteurs industriels, cette percée semble être le résultat d'un véritable cafouillage des européens, qui ne croyaient pas vraiment au débarquement de Mueller ! Mais l'américain est puissant. L'an dernier, il a dégagé un résultat de 61 millions de dollars avec un chiffre d'affaires de 718 millions, réalisés majoritairement dans le cuivre ! " Il y a quelques jours encore, notre direction estimait inimaginable que, après Wednesbury, Mueller se paie Desnoyers ", confie un cadre de l'un des leaders du secteur. Selon nos informations, Tréfimétaux, qui était candidat à la reprise de Desnoyers, aurait préféré faire traîner les choses en longueur. Desnoyers ayant affiché pour 1996 une perte de 25 millions de francs, le leader franco-italien aurait, accusent certains, compté sur une chute des prix (tombés de 8 francs à 6 francs le kilo depuis le début de l'année) à laquelle il ne serait pas totalement étranger. En fin de semaine dernière, la direction de Tréfimétaux n'était pas en mesure de répondre à nos questions. L'arrivée de Mueller peut, à terme, changer beaucoup de choses sur le marché européen. La trilogie KME (maison mère de Tréfimétaux) -Outokumpu-Wieland risque d'être bousculée. Mais surtout, comme ses autres concurrents américains Valverine et Cerro, Mueller propose une gamme complète de tubes et de raccords. L'américain fabrique aussi des tubes en aluminium, des pièces forgées et extrudées, des vannes de réfrigération, des raccords et des vannes en plastique. De quoi moifier la donne, surtout pour les tubes à applications industrielles (réfrigération, climatisation, chauffage ). En Europe, en effet, les industriels du cuivre ne fabriquent que les tubes, les raccords étant l'apanage de spécialistes, comme Comap (groupe Legris). Certes, le groupe américain devra d'abord mettre de l'ordre dans ses deux filiales européennes, qui ne sont pas au mieux de leur forme. " Les performances des deux entreprises peuvent être significativement améliorées. Mais il nous faudra plusieurs mois pour mettre au point un véritable programme d'actions ", déclare Kent A. McKee, porte-parole de Mueller. Ainsi, malgré une réorganisation et un plan social qui a fait passer ses effectifs de 430 à 360 personnes, Desnoyers ne dispose pas du meilleur outil industriel. Pour 10 millions de francs, une presse a été remise en état l'année dernière, mais on est encore loin du compte. C'est d'ailleurs cette exigence de modernisation, pour une entreprise qui peinait à trouver sa rentabilité, qui a conduit Jean-Michel Dubedout à céder. De plus, le propriétaire de Desnoyers en avait repris les rênes il y a quelques mois en raison du départ du P-DG, Claude Sire.





USINE NOUVELLE N°2595

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS