L'Usine Nouvelle

L'Usine Santé

Métallurgie : la baisse des accidents du travail se poursuit, mais les TMS repartent à la hausse

Cécile Maillard

Publié le

En 2014, la fréquence des accidents du travail atteint son plus bas niveau historique dans la métallurgie, mais les maladies professionnelles repartent à la hausse après deux années de baisse, portées par une augmentation des troubles musculo-squelettiques (TMS).

 

"Depuis les années 2000 et l’arrivée de nouvelles machines, les accidents du travail sont en baisse régulière dans la métallurgie", explique Pascal Jacquetin, de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), présentant jeudi 12 novembre le bilan annuel des accidents du travail et maladies professionnelles.

Entre 2013 et 2014, le nombre d’accidents du travail a baissé de 4,3% dans la métallurgie (il y en a eu 52080). Une diminution qui s’explique en partie par la situation économique: plus de chômage, c’est moins de salariés exposés. Les statistiques montrent même qu’en période de décroissance économique, la baisse des accidents du travail est beaucoup plus forte que celle des effectifs, car les premiers qui partent sont les intérimaires et CDD, souvent moins bien formés.

Les manutentions manuelles à l'origine de la moitié des accidents

Le nombre d’accidents par salarié confirme cette amélioration de la sinistralité dans la métallurgie: en 2014, il y a eu 31,2 accidents du travail pour 1000 salariés dans cette branche, un niveau historiquement bas, en-dessous de la moyenne nationale (34 accidents pour 1000 salariés). Depuis 2004, ce taux a baissé de 26%. Selon la CNAMTS, la baisse des accidents, dans la métallurgie, s’explique à 40% par la diminution des effectifs, et à 60% par les efforts du secteur.

En regardant plus finement, on s’aperçoit que les accidents ont surtout augmenté dans l’industrie automobile, et sont les plus élevés dans la fabrication de produits métalliques (sauf machines et équipements). La moitié des accidents du travail sont dus à une manutention manuelle.

Si les accidents diminuent, les maladies professionnelles, elles, repartent à la hausse dans la métallurgie, de plus de 6%, après deux années de baisse. Ce sont les troubles musculo-squelettiques (TMS), qui représentent 85% des maladies professionnelles du secteur, qui expliquent cette augmentation, mais aussi les maladies liées à l’amiante (cancers professionnels et autres affections) et les atteintes auditives. Ici aussi, le secteur le plus concerné est celui de la fabrication de produits métalliques.

Il y a tout de même eu 50 décès par accident du travail dans la métallurgie en 2014  (53 en 2013).

Cécile Maillard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte