Metaleurop accroit ses pertes...et vise l'équilibre

Partager

Le producteur de zinc et de plomb n'est pas sorti de ses difficultés : il affiche une perte nette de 23,2 millions d'euros au premier semestre 2002, contre une perte de 18,4 millions d'euros au même semestre de 2001. Le chiffre d'affaires de l'entreprise, 294,2 millions d'euros, est en baisse de 14%.

La dégradation continue du cours du zinc, première activité du groupe, est la principale cause de ce mauvais résultat.

Néanmoins, Metaleurop affirme qu'il peut revenir aux bénéfices dès l'an prochain, « dans des conditions de marché raisonnables ». Des mesures de restructuration sont prévues : 2 plans sociaux sont en cours, au siège de l'entreprise, et sur le site industriel de Noyelles Godault (Pas de Calais). Un four de fonderie en Allemagne est arrêté. Par ailleurs, la cession de l'unité d'électrolyse de Nordenham Zinc (en Allemagne), programmée pour la fin de l'année, contribuera à restaurer la santé financière de l'entreprise.

Mais sous l'impulsion de son nouveau patron, Russ Robinson, qui a pris ses fonctions en juillet dernier, Metaleurop compte surtout sur une évolution majeure : transformer sa production de zinc en une activité qui fonctionne à 100% sur du recyclage (qui aujourd'hui ne compte que pour 30%).

Ce virage stratégique est conforme à l'évolution du contexte réglementaire, et il doit permettre de dégager des marges supérieures, à l'abri des fluctuations des cours du zinc, assure Russ Robinson, qui a dirigé longtemps une entreprise de recyclage de zinc.

La production de plomb, la deuxième activité principale de Metaleurop, est déjà basée à 80% sur du recyclage.

Thierry LUCAS

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS