Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

MesureL'ALLEMAND ISRA DEBARQUE EN FRANCELeader dans son pays, Isra, spécialiste de la vision industrielle, poursuit sa politique de développement mondial. En France comme aux Etats-Unis, cela pourrait se traduire par une acquisition.

, ,

Publié le

Mesure

L'ALLEMAND ISRA DEBARQUE EN FRANCE

Leader dans son pays, Isra, spécialiste de la vision industrielle, poursuit sa politique de développement mondial. En France comme aux Etats-Unis, cela pourrait se traduire par une acquisition.



Nouvelle intrusion étrangère, dans la vision industrielle française ! Après les américains, arrivés en force avec Cognex et Perceptron, voici les allemands. Et non des moindres. Isra (Intelligent Systems Robotics and Automation), qui vient d'ouvrir une filiale à Lyon, fait partie du " top 5 " allemand de la spécialité. Ce petit groupe de 100 personnes n'a pas froid aux yeux. En 2001, il compte porter son chiffre d'affaires à 168 millions de francs, contre 113 (et 23 % de marge brute) en 2000. Pour ce faire, après les Etats-Unis, l'entreprise de Darmstadt s'installe en France, " le plus gros marché en Europe après l'Allemagne, estimé à 838 millions de francs ", explique Enis Ersü, président d'Isra Vision Systems AG et actionnaire principal. Et, surtout, un territoire comptant une douzaine de sites de fabrication d'automobiles. Avec Daimler- Chrysler, BMW, Volkswagen, Ford, Rover, Audi, Seat, Volvo, Opel, ce secteur représentait 50 % de son chiffre d'affaires en 2000. Ne manquent plus que les français PSA et Renault dans la liste de références... En contrôle dimensionnel et en guidage de robots, sa tâche sera difficile. Les sociétés en place, vendeurs de matériels, comme Cognex ou Imasys, vendeurs de solutions complètes, tels que Edixia ou Visio Nerf, et intégrateurs, comme Appi, sont peu nombreuses mais bien implantées. En revanche, son expertise dans le contrôle de surface (notamment dans le verre plat, avec Schott) et le guidage de robots lui permettent d'introduire dans l'Hexagone des outils inédits. Son Car Paintvision, système automatisé de contrôle à 100 % des défauts de carrosseries peintes, par exemple, est un dispositif unique au monde, sans concurrent depuis que l'américain Perceptron (69 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2000), le numéro 1 de ce domaine, a stoppé ses développements en la matière après quatre ans de travail. Installé depuis août 2000 chez Volkswagen, à Wolfsburg, ce dispositif à tunnel de caméras s'adapte à chaque modèle et à son coloris et assure dans le flux la localisation en trois dimensions des défauts éventuels (inclusions, cratères, gouttes, bavures, rayures, peaux d'orange...) sur les surfaces peintes. Ensuite, il transmet ses données à un robot " cartésien " qui marque les zones à lustrer. Auparavant, cette tâche était assurée par les lustreurs eux-mêmes, avec les risques de non-détection que cela impliquait.

Une gamme d'outils inédits... mais chers

De quoi irriter ses concurrents français ! Mais, si l'allemand dispose d'une gamme de produits intéressante, il va faire face à deux difficultés majeures. D'abord, le prix élevé de ses installations, entre 300 000 et 800 000 francs. " Nous commencerons par vendre nos produits au travers d'Isra France. Mais nous restons intéressés par le principe d'une collaboration avec des sociétés françaises ", déclare Enis Ersü. L'allemand est coutumier des associations et est notamment engagé dans différents partenariats avec le constructeur de robots Kuka et le fournisseur de solutions pour l'industrie de l'automobile Dürr. Certainement préférera-t-il donc s'associer avec (voire acheter, comme il l'a fait en Allemagne ou aux Etats-Unis) un français disposant d'une offre complémentaire à la sienne et d'une structure adéquate. Parmi les cibles potentielles, Edixia, ou plus probablement la PMI Visio Nerf (15 personnes), à Nuaille, dans le Maine-et-Loire.







Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle