Merck KGaA lance une contre-offre de 5,9 milliards de dollars sur Versum

FRANCFORT (Reuters) - Merck KGaA a lancé mercredi une contre-offre en numéraire d'une valeur de 5,9 milliards de dollars (5,18 milliards d'euros), dette incluse, sur le fabricant de composants électroniques Versum Materials, qui fait déjà l'objet d'une offre d'Entegris.
Partager
Merck KGaA lance une contre-offre de 5,9 milliards de dollars sur Versum
Merck KGaA a lancé mercredi une contre-offre en numéraire d'une valeur de 5,9 milliards de dollars, dette incluse, sur le fabricant de composants électroniques Versum Materials, qui fait déjà l'objet d'une offre d'Entegris. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

Pour acquérir Versum, le laboratoire allemand propose 48 dollars par action, soit une prime de 16% par rapport au cours de clôture de sa cible mardi et de 52% par rapport au cours de l'action avant l'offre d'Entegris.

Merck s'est dit prêt à consulter les livres de comptes de Versum et à nouer rapidement un accord de fusion, ajoutant que le vote de ses propres actionnaires n'était pas nécessaire.

L'action Versum bondit de 15% à 48,32 dollars dans les transactions en avant-Bourse à Wall Street.

Le titre Merck perd de son côté 2,99% à 92,04 euros à la Bourse de Francfort à 13h53 GMT.

Entegris, groupe américain de chimie de spécialité, a annoncé le 28 janvier son intention de racheter son concurrent pour environ quatre milliards de dollars afin de donner naissance à un groupe principalement dédié à la fabrication de composants pour l'industrie des semi-conducteurs.

"L'opération récemment dévoilée par Versum sous-valorise significativement Versum", déclare le président du directoire de Merck, Stefan Oschmann, dans une lettre au conseil d'administration de sa cible.

Merck fait valoir que son offre valorise Versum 13,3 fois l'Ebitda 2018 et qu'elle ne devrait pas poser de problème aux autorités réglementaires.

Versum a été scindé d'Air Products en 2016. Le titre du groupe coté à Wall Street a perdu 27% de sa valeur en 2018 en raison d'un plafonnement de la demande de puces utilisées dans les smartphones et autres appareils.

(Arno Schütze; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS