Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Menaces sur le spécialiste des arômes Symrise à Grasse

Publié le

Social

Les entreprises citées

Au Plan-de-Grasse (Alpes-Maritimes), les 110 salariés de l'usine de l'allemand Symrise (groupe suédois EQT) sont inquiets. Depuis le dernier comité d'entreprise du 23 octobre dernier, les syndicats craignent la quasi-fermeture de leur unité, spécialiste principalement des arômes alimentaires liquides, et de matières premières à haute valeur ajoutée (poudres et gommes pour le secteur agroalimentaire et la parfumerie) fabriquées dans un  petit atelier pilote de distillation moléculaire.

« Notre direction nous a laissé entendre qu'il y avait 80% de chances pour que la fabrication des produits liquides fût transférée en Allemagne, à Holzminden. Et qu'une étude de faisabilité était en cours pour développer l'atelier de distillation. Ce qui sauvegarderait au mieux 2 à 3 emplois » souligne Jean-Luc Revol, délégué syndical  FO de Symrise France. Des décisions qui annonceraient la mort de l'usine.

Le site a été particulièrement chahuté depuis des années. Il a déjà subi quatre plans sociaux au gré des opérations de vente et de réorganisations successives. En 1997, il est revendu par l'américain Florasynth au groupe germanique Bayer, qui le filialise dans sa division arômes Haarmann et Reimer. Le site de Saint-Ouen l'Aumône (Val d'Oise), rattaché à celui de Grasse et qui employait 112 salariés est alors fermé. En 1998, c'est  le centre de recherche et développement qui est transféré de Grasse à Neuilly-sur-Seine et Puteaux (Hauts-de- Seine) : seulement 10 salariés sur 30 suivent.

En 2000, nouveau déménagement : l'activité de production de parfums part au Bouveret, en Suisse, 60 personnes sont licenciées. En juillet 2002, l'entité Haarmann et Reimer est revendue au fonds d'investissement suédois EQT qui a repris aussi, dans l'intention de les fusionner, l'allemand Dragoco, son concurrent direct dans les arômes et les parfums également basé à Hozminden en Allemagne du Nord. Résultats : 30 suppressions d'emplois à Plan-de-Grasse en janvier 2003, et 30 dans les Hauts-de-Seine. Au 1er septembre dernier, EQT fait procéder à la fusion effective avec Dragoco, et appelle la nouvelle unité Symrise. Depuis, c'est l'incertitude sur l'avenir du site grassois. Il devrait être fixé sur son sort après le 23 novembre, date du prochain comité d'entreprise.

Marie-Madeleine Sève

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle