Même les vaches peuvent être connectées

De nombreuses start-up aspirent à faciliter la vie des éleveurs en collectant, au moyen de colliers ou de puces, des données liées à la santé et à la géolocalisation du bétail. Panorama des dernières innovations.

Partager
Même les vaches peuvent être connectées
Les colliers connectés transmettent des informations directement sur les smartphones des éleveurs.

Si la mode des wearables, les produits connectés censés monitorer notre vie quotidienne, n’a pas encore eu le succès escompté, elle pourrait en revanche s’imposer… dans l’élevage. Partant du constat que l’industrie du bétail, qui représente 17 milliards de dollars de production, jouait un rôle clef dans l’économie de l’Australie, des chercheurs de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth travaillent avec Ceres Tag, une entreprise spécialisée dans les technologies agricoles, pour localiser les animaux à distance au moyen de leurs célèbres étiquettes auriculaires, qui seront désormais connectées. "Notre étiquette conforme aux normes nationales permet de connaître le positionnement GPS, le suivi des troupeaux et la surveillance de la santé des animaux", promet l’entreprise. Le produit permettra également un suivi du taux d’alimentation des utile pour déterminer la rumination ou le gain de poids.

Au Pakistan, la start-up Cowlar, qui a également essaimé aux Etats-Unis, vend, elle, déjà son collier connecté et les services associés se rapprochant de la maintenance prédictive. "Cowlar est simplement lié au cou de votre vache et suit en permanence sa température, son activité et son comportement, y compris la rumination. Nous travaillons sur ces données pour comprendre les premiers indicateurs de problèmes liés à la santé, vous alertant bien avant l’heure", explique l’entreprise, à l’instar des capteurs qui existent déjà dans les champs pour mesurer la température ou bien encore le taux d’humidité des parcelles. Le principe ne change pas : il suffit de se connecter sur l’application ou sur le site internet pour prendre en temps réel le pouls de la vache, au moyen de graphiques. Si des symptômes de maladie apparaissent, ou si la vache entre en chaleur, une alerte est envoyée sur le smartphone de l’agriculteur.

Quid de la collecte des données ?

Là où les capteurs utilisent traditionnellement des technologies de connexion à bas débit, comme Sigfox ou LoRa en France, les colliers pour animaux doivent intégrer la problématique des déplacements sur de longues distances. "La technologie des étiquettes d'animaux doit utiliser des algorithmes de mise en mémoire tampon de données locales et de réseaux tolérants aux retards pour pouvoir collecter des ensembles de données significatifs", rappellent, en Australie, les chercheurs de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth, qui utilisent une technologie brevetée.

Des tests ont préalablement été effectués dans le cadre du programme national de surveillance du renard volant, une chauve-souris ayant déjà posé de nombreux problèmes dans le pays. Un périmètre de 10 000 km² a été défini, au sein duquel des stations ont été déployées aux emplacements où les bêtes ont tendance à revenir – les données peuvent alors y être collectées. La France ne reste pas étrangère à ce mouvement : à Caen (Calvados), la société Biopic propose depuis quatre ans une puce électronique intelligente destinée à suivre les données physiologiques des animaux.

0 Commentaire

Même les vaches peuvent être connectées

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS