Mélusine investit pour produire davantage de bière vendéenne

Mélusine, la plus grosse brasserie des Pays de la Loire, connaît une croissance de 25 % par an. Elle a lancé un nouvel investissement capacitaire d'1 million d'euros pour répondra à la demande.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mélusine investit pour produire davantage de bière vendéenne

Mélusine, la plus importante brasserie des Pays de la Loire, met la dernière main à un investissement capacitaire d'1 million d'euros à Chambretaud. Ce programme comprend un nouveau bâtiment de stockage avec racks dynamiques, une nouvelle ligne d’enfutage, de nouvelles cuves. La capacité annuelle est ainsi portée à 15 000 hectolitres de bière "100 % naturelle, sans additifs, sans extraits ni colorants". Déjà, la production atteindra 8 000 hl cette année contre 6 500 hl l'année dernière.

Croissance

"Nous pensions que la croissance allait se tasser mais nous sommes à + 38 % sur les sept premiers mois de l'exercice, mentionne le dirigeant Laurent Boiteau qui a repris l'entreprise en 2005 avec sa famille. Depuis trois ans, la croissance est de 25 % par an." Mélusine a ainsi atteint 1,63 million d'euros de chiffre d'affaires sur l'exercice clos en septembre dernier et vise les 2 millions d'euros cette année. L'effectif a été porté à 10 salariés. Mélusine propose 12 recettes de bières naturelles ou biologiques selon une méthode trappiste, la Barbe Bleue, la Puy d'Enfer, la Love & Flowers… de la blanche aux pétales de rose à la bière triple vieillie en fût de chêne. De nouveaux produits enrichiront cette gamme d’ici la fin de l’année 2016.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Moins mais mieux

"Les brasseries artisanales représentent 4,5 % de la production de bière en France. Aux Etats-Unis, elles représentent déjà 15 % ", indique Laurent Boiteau. "Les habitudes de consommation évoluent comme ce fut le cas dans le vin, note Laurent Boiteau. On consomme moins mais mieux." Dès lors "plus il y aura de petites brasseries, mieux ce sera", estime le patron vendéen qui vient de quitter l'association des Brasseurs de France, dominée par les grands groupes (Kronenbourg, Heineken, Inbev…) pour participer à la fondation d'une Fédération des brasseurs indépendants dont les statuts seront prochainement déposés. La France comptait 3 000 brasseries dans les années 1930, une trentaine dans les années 1980 et près de 800 aujourd'hui.

Emmanuel Guimard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS