MedImmune s'efface au sein d'AstraZeneca

Après 30 ans d'existence, dont près de 12 ans au sein d'AstraZeneca, l'identité du laboratoire américain MedImmune va disparaître nommément. Le groupe anglo-suédois a remodelé son modèle organisationnel et va tourner ainsi une page sans pour autant effacer l'héritage, car MedImmune compte aujourd'hui pour 50 % de son pipeline.

Partager
MedImmune s'efface au sein d'AstraZeneca
MedImmune, Gaithersburg, US.

Il y a plus heureux comme annonce de Saint-Valentin. Le 14 février dernier, en catimini, MedImmune a publié un communiqué laconique attestant que son nom de marque allait disparaître. Dans la présentation du dernier bilan annuel, publié le jour même (CPH n°875), il est vrai qu'AstraZeneca ne faisait qu'une fois mention de MedImmune au sein d'un document de 78 pages. En 2007, lors de l'annonce de l'acquisition de la biotech américaine, pour plus de 15 milliards de dollars, AstraZeneca étalait plus d'égards pour sa « Valentine » d'alors (CPH n°380).

Fondé à Gaithersburg, dans le Maryland (États-Unis) en 1988 sous le nom de Molecular Vaccines, MedImmune adopte son patronyme définitif dès 1990. En 2007, quand l'entreprise passe sous la coupe d'AstraZeneca, ce dernier casse sa tirelire pour doubler plusieurs autres concurrents et s'emparer d'une entreprise considérée alors comme l'un des fleurons mondiaux des biotechnologies. Et surtout aussi pour revigorer son pipeline. Aujourd'hui, MedImmune représente près de la moitié du portefeuille de développement d'AstraZeneca. Plus de 120 projets de R&D et de produits candidats sont issus de l'ancien laboratoire américain, essentiellement sur trois aires thérapeutiques : l'oncologie d'une part, les maladies respiratoires, inflammatoires et auto-immunes d'autre part, et enfin les maladies cardiovasculaires et les troubles métaboliques. Les projets dans les maladies infectieuses complètent les compétences. En revanche, avec 2 200 salariés fondus dans un ensemble de 64 000 employés, MedImmune pèse moins en termes de représentativité salariale.

Si le nom s'efface, ce ne sera pas le cas des projets

Cette décision tourne une page définitive pour la marque. Le nom va totalement disparaître, tout comme le logo, le site Internet et les points d'ancrage sur les réseaux sociaux. Mais si le nom s'efface, ce ne sera pas le cas des projets, car les collaborations externes et les partenariats menés sous la bannière MedImmune seront poursuivis, mais sans doute sous la bannière AstraZeneca directement. L'état d'esprit et l'excellence scientifique aussi perdureront, promet MedImmune.

Cette disparition au sein du groupe est liée à la réorganisation engagée par AstraZeneca pour sa R&D, un projet qui a été annoncé le 7 janvier dernier. Les activités de R&D seront compartimentées en deux grandes unités : Biopharmaceutiques, qui regroupe les projets liés aux pathologies cardiovasculaires, rénales, métaboliques et respiratoires, et Oncologie. En aval, ces deux unités disposeront d'unités commerciales soeurs : Biopharmaceutiques et Oncologie. Malgré la différenciation, AstraZeneca prévoit une mise en commun des plateformes biologiques et scientifiques basiques, ainsi qu'une intégration pour les fournitures de produits, la production et les infrastructures IT.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS