Médicaments made in France, réquisition, pénuries… Ce que répondent les patrons français de la pharmacie au gouvernement

Bataille mondiale pour les médicaments utilisés en réanimation, pénurie de principes actifs venus d’Asie, réquisition des productions de certains masques par l’Etat… La crise générée par la pandémie du Covid-19 a poussé Emmanuel Macron et le ministre de la Santé Olivier Véran à appeler de leurs vœux une relocalisation européenne, voire nationale, pour assurer l’indépendance sanitaire de la France et se préparer à de nouvelles crises. Mais qu’en disent les dirigeants des laboratoires pharmaceutiques français ?

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Médicaments made in France, réquisition, pénuries… Ce que répondent les patrons français de la pharmacie au gouvernement
Dafalgan et Efferalgan, deux médicaments à base de paracétamol – la seule molécule recommandée actuellement pour traiter les symptômes du coronavirus - sont fabriqués par les laboratoires Upsa à Agen (Lot-et-Garonne).

En mars dernier, les ventes de Dafalgan et Efferalgan, deux médicaments à base de paracétamol – la seule molécule recommandée actuellement pour traiter les symptômes du coronavirus - fabriqués par les laboratoires Upsa à Agen (Lot-et-Garonne), ont décollé de 40% en France, et plus de 150% en Suisse et en Belgique. Le laboratoire (aux 390 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019 dont la moitié à l’export, passé en juillet 2019 dans le giron du groupe japonais Taisho) a eu chaud.

Il a misé sur ses stocks, réorganisé sa production, mais a encore des sueurs froides quant à l’approvisionnement de son principe actif, sous-traité à 15% en Chine et 85% aux Etats-Unis. "Il y a encore dix ans, c'était Rhodia, filiale de Rhône-Poulenc, qui le produisait en France, reconnaît son président François Duplaix. Le Covid-19 met en évidence de façon éclatante le besoin de circuits courts. Mais pour que cela se réalise, il faut des conditions préalables." L’Usine Nouvelle a donc fait le point avec les principaux concernés : les dirigeants des laboratoires pharmaceutiques français.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement