L'Usine Santé

Médicaments made in France, réquisition, pénuries… Ce que répondent les patrons français de la pharmacie au gouvernement

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Made in France Bataille mondiale pour les médicaments utilisés en réanimation, pénurie de principes actifs venus d’Asie, réquisition des productions de certains masques par l’Etat… La crise générée par la pandémie du Covid-19 a poussé Emmanuel Macron et le ministre de la Santé Olivier Véran à appeler de leurs vœux une relocalisation européenne, voire nationale, pour assurer l’indépendance sanitaire de la France et se préparer à de nouvelles crises. Mais qu’en disent les dirigeants des laboratoires pharmaceutiques français ?

Peut-on vraiment produire 100% des médicaments en France ?
Dafalgan et Efferalgan, deux médicaments à base de paracétamol – la seule molécule recommandée actuellement pour traiter les symptômes du coronavirus - sont fabriqués par les laboratoires Upsa à Agen (Lot-et-Garonne).
© Pascal Guittet

En mars dernier, les ventes de Dafalgan et Efferalgan, deux médicaments à base de paracétamol – la seule molécule recommandée actuellement pour traiter les symptômes du coronavirus - fabriqués par les laboratoires Upsa à Agen (Lot-et-Garonne), ont décollé de 40% en France, et plus de 150% en Suisse et en Belgique. Le laboratoire (aux 390 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019 dont la moitié à l’export, passé en juillet 2019 dans le giron du groupe japonais Taisho) a eu chaud.

Il a misé sur ses stocks, réorganisé sa production, mais a encore des sueurs froides quant à l’approvisionnement de son principe actif, sous-traité à 15% en Chine et 85% aux Etats-Unis. "Il y a encore dix ans, c'était Rhodia, filiale de Rhône-Poulenc, qui le produisait en France, reconnaît son président François Duplaix. Le Covid-19 met en évidence de façon éclatante le besoin de circuits courts. Mais pour que cela se réalise, il faut des conditions préalables." L’Usine Nouvelle a donc fait le point avec les principaux concernés : les dirigeants des laboratoires pharmaceutiques français.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte