Mediator : une étude évalue à au moins 1 300 les décès en France

La  première étude publiée sur le sujet dans  le journal spécialisé Pharmacoepidemiology & Drug Safety le 10 février conforte les données préliminaires déjà évoquées.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mediator : une étude évalue à au moins 1 300 les décès en France

Le chiffre de 1 000 à 2 000 morts victimes du Mediator évoqué à la fin 2010 par l'épidémiologiste Catherine Hill (Institut Gustave Roussy, Villejuif) n’était pas du tout exagéré. C’est ce que révèle une étude publiée cette semaine. Elle pointe que 1 300 personnes seraient décédées du fait de ce médicament, et que 3 100 autres auraient été hospitalisées après avoir ingéré cette molécule. Le co-auteur de l’étude, Mahmoud Zureik, souligne que ce chiffre est vraisemblablement sous-estimé.

L’étude prend en compte notamment l’un des effets néfastes graves du Mediator, à savoir les atteintes des valves cardiaques ou valvulopathies.
Les deux auteurs, le directeur de recherche de l'Inserm Mahmoud Zureik et l'épidémiologiste Agnès Fournier, avaient déjà communiqué leurs estimations à l’Afssaps en 2010. C'est d'ailleurs sur ce point que le laboratoire fabricant le médicament a réagi : "les Laboratoires Servier tiennent à souligner que l’étude annoncée aujourd’hui par la presse concernant Médiator n’est pas une nouvelle étude. Il s’agit des mêmes chiffres déjà largement diffusés mais non confirmés, issus d’une étude statistique dont la méthodologie a fait l’objet de sérieuses critiques. Ces chiffres ont été simplement remaniés par les auteurs, en vue d’une publication".

Le Mediator des laboratoires Servier, qui contient un coupe-faim, le benfluorex, a été indiqué, d'abord contre l'excès de graisses du sang, puis comme traitement adjuvant chez les diabétiques en surpoids, avant son retrait du marché en novembre 2009. Il a en fait été largement prescrit pour maigrir. Au total, 145 millions de boîtes de Mediator ont été vendues en France avant son retrait du marché.

Dans cette affaire, le premier procès pénal à l'encontre notamment du groupe Servier, fabricant du médicament, doit débuter en mai.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS