Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Medef : Pour l’instant, l’industrie vote Pierre Gattaz

,

Publié le

Etude Notre sondage exclusif sur les abonnés de L’Usine Nouvelle montre que la bataille pour la présidence du Medef passionne les industriels. Alors même que la candidature de Laurence Parisot n’est pas encore définitivement exclue et que tous les candidats ne sont pas déclarés nous avons sondé l’adhésion à un certain nombre d’entre eux. Pour l’instant Pierre Gattaz tient la corde mais surprise : Geoffroy Roux de Bézieux est un challenger sérieux et Laurence Parisot n’est pas totalement hors course.

Medef : Pour l’instant, l’industrie vote Pierre Gattaz © Luc Perenom

Sommaire du dossier

Les médias en font-ils trop sur la bataille qui se joue pour conquérir la présidence du Medef ? Ce n’est en tous cas pas l’avis des lecteurs de L'Usine Nouvelle dont plus des deux tiers suit cette question avec intérêt. Certes le feuilleton, aux multiples rebondissements est prenant mais surtout nos lecteurs considèrent que "le Medef représente l’entreprise". Il est donc assez naturel que cette élection mobilise leur attention. En revanche sur la manière dont la campagne s’est engagée, le clivage est clair. Une très courte majorité considère que l’on assiste à "un processus normal où les candidats défendent leur vision de l’entreprise", une autre moitié, en revanche, marque son irritation face aux péripéties nées du projet de modification des statuts engagé par Laurence Parisot.

Méthodologie :

Echantillon de répondants de 1000 personnes. Le questionnaire a été auto-administré et les données recueillies en ligne (CAWI) à partir d’un fichier de 30 000 abonnés à l’Usine Nouvelle. Le terrain a été réalisé les 21 et 22 mars.

 

46,10 % craignent des dégâts d’image pour le patronat. En attendant l’épisode du conseil exécutif du jeudi 28 mars qui lèvera l’incertitude sur la poursuite de l’option Parisot, nos lecteurs se sont déjà prononcés sur les candidats déclarés et potentiels. Les industriels misent sans grande surprise en priorité sur l’un des leurs : Pierre Gattaz, le président de l’entreprise Radiall et du groupement des fédérations industrielles. Frédéric Saint Geours, président de l’UIMM, est doté malgré sa candidature virtuelle d’un solide groupe d’afficionados.

La surprise vient des deux suivants : Geoffroy Roux de Bézieux qui, bien qu’issu du service, monte sur le podium, et Laurence Parisot qui, bien que très contestée, tutoie son score. En tant que présidente en exercice, cette dernière bénéficie de la machine à communiquer du Medef. Geoffroy Roux de Bézieux a d’ailleurs mis les pieds dans le plat sur ce sujet lors du dernier conseil exécutif : "J’ai clairement posé la question de l’égalité de traitement des différents candidats par les services support du Medef : il y a de simple adhérents comme Thibault Lanxade, des membres du conseil exécutif comme Pierre Gattaz ou moi, des membres du bureau comme Frédéric Saint-Geours s’il se décide et une présidente si elle peut se représenter", a-t-il confié à L'Usine nouvelle. Selon lui Laurence Parisot aurait rétorqué que c’était une vraie question et qu’elle "veillerait à faire respecter l’équité".

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/03/2013 - 09h25 -

On peut voir les choses d'une autre façon: le Medef montre qu'il est un syndicat assez nettement démocratique et plutôt transparent. Dans d'autres syndicats français, il y un candidat unique et le coup d'état est permanent...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle