Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Medef : Laurence Parisot perd le soutien de Patrick Bernasconi

Publié le

Dans une interview accordée au Monde, le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Patrick Bernasconi explique qu'il votera contre une modification des statuts du Medef, qui permettrait à Laurence Parisot de briguer un troisième mandat, et n'exclut pas de se présenter à cette élection. Après la défection de Charles Beigbeder la veille, la patronne des patrons perd donc deux soutiens de poids en vue de sa réélection.

Medef : Laurence Parisot perd le soutien de Patrick Bernasconi

Sommaire du dossier

Laurence Parisot perd l'un de ses plus fidèles "lieutenants". Dans une interview accordée au Monde, le patron de la Fédération nationale des travaux publics Patrick Bernasconi indique qu'il votera contre une modification des statuts du Medef, qui permettrait à Laurence Parisot de briguer un troisième mandat.

"La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a voté à l'unanimité contre la modification des statuts. Je la représente, je vais donc porter cette position, que je partage totalement", explique Patrick Bernasconi. Pour lui, "la modification proposée aujourd'hui n'est pas acceptable, parce qu'elle laisse la possibilité de rester 15 ou 20 ans à la tête du Medef".

Le comité des statuts du Medef a proposé lundi 18 mars des mandats de cinq ans, sans limitation dans leur nombre. Actuellement, le président du Medef a la possibilité de faire deux mandats : le premier dure cinq ans et le deuxième, trois ans.

Patrick Bernasoni n'exclut pas de se présenter

Cependant, le patron de la FNTP ne veut pas rentrer dans une querelle de personnes. "Il ne s'agit pas d'être pour ou contre Laurence Parisot. Le sujet est celui des règles de bonne gouvernance pour que nos organisations durent dans le temps", dit-il avant d'ajouter : "j'ai été un de ses lieutenants et nous avons mené ensemble pas mal de batailles. Notre bilan est positif. Mais ma première loyauté est envers ceux que je représente, à savoir les administrateurs de la FNTP".

Patrick Bernasconi déclare enfin qu'il sait d'ores et déjà s'il se présentera ou non et qu'il fera savoir sa décision "très rapidement".

Charles Beigbeder votera lui aussi contre une réforme des statuts

Cette annonce intervient au lendemain de celle de Charles Beigbeder. Ce proche de Laurence Parisot, membre du conseil exécutif du Medef, a indiqué dans une interview aux Echos qu'il voterait contre la modification des statuts de l'organisation patronale.

"Je voterai contre cette modification statutaire. Mais ce choix est difficile, car, si la modification à cette date est une injustice, elle apporte plus de démocratie à nos statuts", a notamment déclaré le président du groupe Audacia, également président de la commission innovation du Mouvement des entreprises de France.

"Si, sur le fond, cette réforme est bonne, on ne change pas les règles du jeu à la dernière minute", a dénoncé celui qui s'était présenté contre Laurence Parisot en 2005 avant finalement de se rallier à elle. Elle l'avait par la suite nommé au conseil exécutif de l'organisation patronale.

De son côté, l'IUMM, la plus grande fédération du Medef a annoncé, jeudi 21 mars, avoir rejeté à l’unanimité les propositions de changements des statuts avancées par le comité statutaire. "Le Conseil de l'UIMM s'est prononcé à l'unanimité contre la proposition du comité statutaire du Medef présentée au conseil exécutif du Medef le 18 mars dernier concernant la durée du mandat, la possibilité de se représenter sans limitation (sous réserve de la limite d'âge portée à 67 ans) et le caractère immédiatement applicable de la réforme", a fait savoir la fédération patronale de la Métallurgie, dont le président, Frédéric Saint-Geours, est pressenti comme candidat pour prendre la tête du Medef.

La partie s'annonce donc compliquée pour Laurence Parisot. La proposition de modification des statuts doit être votée le 28 mars à la majorité simple par le conseil exécutif du Medef, composé de 45 membres. Elle sera ensuite soumise à une assemblée générale extraordinaire (AGE), qui devra voter cette proposition à une majorité des deux tiers.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle