Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour la présidence du Medef, Dominique Carlac’h rallie Roux de Bézieux

Cécile Maillard

Publié le

La seule femme candidate à la présidence du Medef, Dominique Carlac’h, retire sa candidature et soutient Geoffroy Roux de Bézieux, un des deux favoris.

Pour la présidence du Medef, Dominique Carlac’h rallie Roux de Bézieux
Dominique Carlac'h.
© TPS-Conseil

Elle n’avait pas de mots assez durs contre un Medef encore "aux mains des maîtres de forges", autrement dit, de la métallurgie. Il était clair que Dominique Carlac’h, seule femme parmi les neuf candidats qui ont un temps voulu présider le Medef - il en reste désormais cinq, ne soutiendrait pas Alexandre Saubot, un des deux favoris et ancien président de l'UIMM. Vendredi 1er juin, elle a annoncé sur son compte Twitter qu’elle retirait sa candidature et apportait son soutien à Geoffroy Roux de Bézieux.

L’ancienne athlète, 49 ans, présidente d’une société de conseil, s’était lancée tardivement dans la course, après que Pierre Gattaz, sur Europe 1, ait regretté qu’il n’y ait aucune femme. "Il ne m’a rien demandé, j'ai pris ma décision toute seule, expliquait-elle il y a quelques jours. Je me suis dit : ‘pourquoi pas moi ?’." Loin de toute langue de bois, elle savait qu’elle ne gagnerait pas. Mais refusait d’évoquer un "ralliement" à un candidat : "je ne veux pas être ‘ramassée’ par un candidat, je veux qu’on partage la même vision du Medef".

Querelle des anciens et des modernes

Actuelle présidente du comité Sport du Medef et de sa commission "Dynamique entrepreneuriale", pleine d’ambitions pour une organisation patronale qu’elle souhaite plus ouverte sur la société et ses transformations, notamment numériques, elle a vraisemblablement négocié un poste important dans l’équipe de Roux de Bézieux s’il gagne la bataille. Porte-parole, selon Les Echos.

A l’issue de sa campagne, elle est convaincue qu’il y a, au Medef, "une vraie querelle des anciens et des modernes". Pour elle, il y a d’un côté "ceux qui défendent l’intérêt de ceux qui prennent des risques, les chefs d’entreprise", et de l’autre le monde patronal ancien, "grognon", qui répète à l’envi qu’ "il y a trop de taxes". "Pour les modernes, la compétitivité, c’est aussi la compétitivité hors coût. Peut-on accepter toute une génération de PME ratant le passage au numérique?" Autant dire qu’elle se range parmi les modernes, tout comme Geoffroy Roux de Bézieux. "Si on reste dans la réclamation, on disparaît ; si on est dans la proposition, pour que l’exécutif aille plus loin pour les entrepreneurs, on est audible."


 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle