Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Medef : attention, patrons en colère !

, ,

Publié le

Lors de l'université d'été du Medef, les patrons n'ont pas caché leur colère. Vis à vis du gouvernement bien sûr mais pas seulement. Leur ras-le-bol est bien plus profond.

Medef : attention, patrons en colère ! © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Angry boss ! Si l’université d’été du Medef était un jeu sur iPhone, il paraphraserait sans aucun doute le titre du fameux jeu Angry birds. On y verrait sans doute des patrons fondre sur des membres du gouvernement pour les empêcher de créer de nouveaux prélèvements obligatoires en lançant comme cri de guerre : "taxer n’est pas réformer !".

Oui, les patrons français sont en colère et il ne fallait pas beaucoup les pousser pour qu’ils "montent dans les tours" sur le campus d’HEC, à Jouy-en-Josas. On était habitué aux discours larmoyants de certains chefs d’entreprise mais là l’aigreur semble bien plus profonde et surtout bien plus violente qu'à l'accoutumée.

Si la réforme des retraites agit comme LE catalyseur de cette colère, les raisons qui l’alimentent ne sont pas toutes à mettre au passif de l’actuel gouvernement. Les patrons en veulent à Nicolas Sarkozy et à la droite qui, selon eux, n’a eu ni le courage d’abolir les 35 heures ni l’audace de réduire le coût du travail en instituant la TVA sociale. Ils en veulent aussi à leur administration jugée trop tatillonne et prompte à leur mettre des bâtons dans les roues. Évidemment, ils en veulent aussi à François Hollande et à l’actuel gouvernement qui, selon eux, tient un double discours en matière de compétitivité. D’un côté, l’exécutif assure que le redressement de l’économie est SA priorité mais de l’autre il ne cesse de créer de nouvelles taxes pour faire face aux dépenses publiques. Et les patrons d’ânonner leurs doléances : les 75 %, les cotisations retraite, la taxe carbone, etc., etc.

En colère contre le gouvernement, pessimiste pour la France, les patrons n’ont malgré cela pas mauvais moral. Le teint hâlé, la plupart d’entre eux "sentent" bien cette fin d’année, surtout ceux qui travaillent majoritairement à l’international. Les pays émergents (qui tiennent encore le choc), les États-Unis (qui semblent avoir réellement pris le chemin de la reprise) et l’Allemagne alimentent cet optimisme. Finalement, il ne manque que peu de choses (une petite baisse du coût du travail par exemple…) pour transformer ces "angry boss" en "happy chief" !

Thibaut De Jaegher

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle