Mécontent des prix d'Airbus et de Boeing, DAE abandonne une commande de 400 avions

Les prix fixés par Airbus et Boeing ne conviennent pas à Dubai Aerospace Enterprise (DAE). Le 30 septembre, le loueur d'avions émirien a renoncé à une méga-commande de 400 avions.

Partager
Mécontent des prix d'Airbus et de Boeing, DAE abandonne une commande de 400 avions
DAE figure parmi les principaux loueurs d'avions au monde depuis l'achat en 2017 du loueur dublinois AWAS. /Photo d'archives/REUTERS/Jason Lee

Dubai Aerospace Enterprise (DAE), faute d'être parvenu à un accord avec Airbus et Boeing sur une commande de 400 monocouloirs, va privilégier une acquisition pour étendre sa flotte, a déclaré son directeur général à Reuters lundi 30 septembre. Basé aux Émirats arabes unis, DAE figure parmi les principaux loueurs d'avions au monde depuis l'achat en 2017 du loueur dublinois AWAS. L'entreprise envisageait une commande massive de 400 monocouloirs auprès des constructeurs aéronautiques européen et américain.

Le directeur général de DAE dénonce des prix "complètement surévalués"

Le directeur général de DAE, Firoz Tarapore, juge qu'à l'heure actuelle les prix et les termes imposés par les constructeurs sont "complètement surévalués". le loueur émirien pourrait réexaminer l'éventualité d'une commande dans deux ans, lorsque les carnets de commandes se seront éclaircis.

Pour atteindre son objectif de doubler la taille de sa flotte à 800 appareils dans les six à huit prochaines années, l'entreprise publique émiratie compte désormais sur sa croissance organique ainsi que sur l'acquisition de l'un de ses concurrents. "Je pense que notre ADN est plus en résonance avec une grosse acquisition inorganique et de compléter cette transaction inorganique avec de la croissance organique", a déclaré Firoz Tarapore à Reuters.

La commande à 37 milliards d'euros tombe à l'eau

Selon lui, l'opération idéale consisterait à racheter une cible disposant d'une flotte de 100 à 200 appareils et sans commande en cours auprès d'un constructeur - mais les candidats potentiels sont rares.

Ni Boeing ni Airbus n'étaient joignables dans l'immédiat pour un commentaire au sujet de cette commande dont le montant cumulé aurait pu atteindre plus de 40 milliards de dollars (autour de 37 milliards d'euros) au prix catalogue, même si les clients obtiennent le plus souvent une remise.

Avec Reuters (Myriam Rivet pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS