Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Mecatherm multiplie les pains

, ,

Publié le

L’entreprise domine le secteur des équipements de boulangerie industrielle et compte bien quadrupler son volume d’activité.

Mecatherm multiplie les pains

Plus de 750 lignes de production vendues en cinquante ans et environ 500 en fonctionnement à travers le monde. Mecatherm, créé en 1964 à Barembach (Bas-Rhin), dans la vallée de la Bruche, est aujourd’hui le numéro un mondial des équipements de boulangerie industrielle. Détenu depuis 2011 par le groupe Wendel, il emploie 230 salariés en Alsace, où il dispose d’un site de 25 000 m2, et 120 autres au sein de l’usine Gouet de Montilliers (Maine-et-Loire), acquise en 2006.

Historiquement, Mecatherm a construit son modèle industriel et son succès autour d’un produit bien français : la baguette. L’accroissement du niveau de performance des lignes conçues à Barembach (de 1 200 à 10 000 baguettes par heure) et l’introduction d’innovations (baguettes crues surgelées, précuites surgelées, puis cuites surgelées) ont permis à l’entreprise de s’imposer dans les pays développés, des États-Unis à l’Australie en passant par le Japon.

«Notre position de leader mondial a été bâtie sur une parfaite connaissance des process baguette et sur un choix industriel qui a consisté, au milieu des années 1990, à faire sous-traiter toutes les opérations de fabrication de pièces pour se concentrer sur la conception et l’assemblage des lignes, résume Olivier Sergent, le président de Mecatherm. Nos équipements sont extrêmement modulaires. À partir d’une base technique très bien maîtrisée, nous sommes capables de nous adapter aux besoins des clients grâce à des jeux d’options et de variantes.» Les lignes sont livrées clés en main aux clients, les techniciens de Mecatherm se déplaçant sur site pour les installer et les mettre en route.

La prise de contrôle de Gouet a permis à Mecatherm d’étendre sa gamme aux lignes de produits dits « variety » (pains de mie, brioches, buns…). De quoi prendre pied sur des marchés où les populations n’ont pas l’habitude de consommer des baguettes. Aujourd’hui, le groupe Mecatherm réalise plus de 80% de ses ventes à l’export. Il vient d’ouvrir une antenne commerciale à Dubai et ses lignes fabriquent des biscottes en Inde et en Chine, ou du « pão francês » [ndlr : qui ne ressemble pas exactement au pain français] au Brésil.

L’Afrique, un potentiel de développement

Les pays en développement représentent un peu moins de la moitié du chiffre d’affaires de l’entreprise, qui a atteint 96,1 millions d’euros en 2013, pour un résultat opérationnel de 15,3 millions d’euros. « L’Afrique révèle un potentiel de développement important pour nous », confie Olivier Sergent, qui ambitionne d’y réaliser 30% de l’activité du groupe d’ici à une dizaine d’années, contre 12% aujourd’hui. « On assiste sur ce continent à l’émergence de grandes mégalopoles qui posent de gros problèmes de supply chain de produits frais, et nos équipements industriels répondent parfaitement à cet enjeu », justifie-t-il.

Pour le moment, Mecatherm a déjà vendu des lignes à haute capacité (jusqu’à 3 millions de baguettes par jour) en République démocratique du Congo, en Algérie, au Nigeria et en Guinée. En 2013, Mecatherm a enregistré 104 millions d’euros de prises de commandes fermes. Mais les espoirs de Wendel sont beaucoup plus élevés. « La société ambitionne d’atteindre un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros en 2020 », affirme l’actionnaire. Un objectif qui doit passer notamment par une politique d’acquisitions externes. Les cibles : Des entreprises qui permettront à Mecatherm de se rapprocher de ses clients ou qui occupent des rangs de leaders sur d’autres marchés que celui de la baguette de pain.

Les autres champions

Kuhn (Saverne, Bas-Rhin), premier fabricant mondial de matériels agricoles tractés. 1,04 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 75% à l’export. 4 750 salariés.

Superba (Mulhouse, Haut-Rhin), leader mondial de la production de grandes machines textiles destinées aux fabricants de moquettes et de tapis. 50 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont plus de 90% à l’export hors Europe. 160 salariés.

Quiri & Cie (Schiltigheim et Duttlenheim, Bas-Rhin), échangeurs de chaleur et vérins et amortisseurs hydrauliques. 21 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 55% à l’export. 135 salariés.

Manurhin (Mulhouse, Haut-Rhin), numéro un mondial pour les machines et les lignes de production de cartouches. 38,4 millions de chiffre d’affaires en 2013, 100% à l’export. 150 salariés.

Westrand (Altkirch, Haut-Rhin), désodorisation industrielle à base de produits neutralisants. 6,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 62% à l’export. 28 salariés.

 

Geismar sur de bons rails

Bien que le jaune de ses produits s’affiche dans 130 pays, la Société des anciens établissements Lucien Geismar reste discrète. Créée en 1924 à Colmar (Haut-Rhin), où elle emploie 200 salariés, cette entreprise familiale fabrique des outils et machines destinés à la pose ou à l’entretien des voies ferrées et des caténaires. Elle réalise une centaine de millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 10 à 15% en France. « La croissance de la société s’est faite par fusion et absorption, raconte Loïc Bouyer, le directeur commercial. Les produits se sont naturellement accumulés au fur et à mesure. Quand vous avez posé des rails, vous êtes content d’avoir des appareils pour en vérifier l’écartement. » Geismar compte six sites de production, dont un en Italie, et propose à ses clients un panel complet d’outils allant de la pince de quelques dizaines d’euros à la draisine de chantier de plusieurs millions. « Le petit outillage représente une part dérisoire de notre chiffre d’affaires, admet Loïc Bouyer, mais il contribue à la force de notre modèle. C’est une porte d’entrée chez nos clients. »

 

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle