Mecaprotec Industries va investir 15 millions d'euros sur cinq ans

Spécialiste du traitement de surface pour l'aéronautique, Mecaprotec Industries, basé à Muret (Haute-Garonne), engage un nouveau plan d'investissements de 15 millions d'euros pour la période 2017-2021. Au programme : la modernisation de son site historique de Muret, l'extension de son usine tunisienne, le développement de nouvelles filiales et la création de 150 emplois supplémentaires.

Partager
Mecaprotec Industries va investir 15 millions d'euros sur cinq ans
La nouvelle ligne de traitement des aluminiums sera opérationnelle en septembre 2017 sur le site Mecaprotec Industries de Muret (Haute-Garonne).

Mecaprotec Industries, spécialisée dans le traitement de surface et activités connexes (non-destructif, peinture, ou usinage chimique) accélère sa croissance avec le lancement d'un plan pluriannuel de 15 millions d'euros d'investissements, qui devrait être conduit sur la période 2017-2021. L'objectif est d'accompagner la montée en cadences de certains programmes, mais aussi de poursuivre les nécessaires mutations technologiques liées à l'évolution réglementaire sur le traitement de surface et de répondre aux exigences de certains clients en matière de coûts. D'ici fin 2021, le groupe, qui compte 700 salariés, dont 400 en France, principalement à Muret, à une trentaine de kilomètres au Sud de Toulouse (Haute-Garonne), devrait créer un peu plus de 150 emplois supplémentaires, dont 70 en France.

Une nouvelle ligne automatique de traitement de surface à Muret

Une première enveloppe de 5 millions d'euros sera engagée dès cette première année, dont 1,5 million d'euros dans l'implantation sur son site historique de Muret, d'une nouvelle ligne automatique de traitement de surface dédiée aux aluminiums, basée sur de nouveaux procédés, développés en interne et compatibles avec la réglementation REACH. En cours de derniers réglages de process, cette nouvelle ligne devrait être opérationnelle dès septembre 2017. Elle remplacera une ancienne ligne d'oxydation anodique chromique et marque le lancement d'un programme de rénovation et de modernisation de ce site de Muret, qui s'accompagne d'efforts d'automatisation et de robotisation des process.

Extension de l'usine tunisienne

En parallèle, la société a engagé une extension de son site tunisien, dont la surface couverte sera portée de 4 700 m² à 7 200 m². Cette opération, qui sera bouclée d'ici la fin de l'année, doit permettre de doubler la capacité de peinture du site, pour passer de 1,7 million de pièces traitées l'an dernier à pas moins de 3,5 millions de pièces par an. "Il s'agit d'accompagner les montées en cadences de l'usine tunisienne de Stelia Aerospace et de ses partenaires locaux sur les programmes Airbus", précise Pierre Bares, directeur général délégué de Mecaprotec Industries.

Développement d'une nouvelle filiale à Nantes

Sur la base de l'acquisition, il y a quelques semaines, de la société Astec, basée à Vigneux-de-Bretagne, dans l'agglomération nantaise (Loire-Atlantique), une petite unité de 7 salariés, spécialisée dans le traitement de surface pour le secteur naval, Mecaprotec Industries prévoit de développer un nouveau site de production pour répondre aux besoins en traitement de surface et sablage d'un de ses clients implanté dans la région nantaise, le groupe Aries Manufacturing. 800 000 euros vont être investis dès cette année dans de nouveaux moyens dédiés à ces marchés aéronautique. Rebaptisé Mecaprotec Loire-Atlantique, ce site devrait voir ses effectifs portés à une vingtaine de salariés d'ici deux à trois ans. "En reprenant cette installation classée, nous avons gagné deux ans pour la concrétisation d'une implantation en région nantaise", souligne Pierre Bares. Une autre opération de croissance externe, en France ou à l'international, pourrait être concrétisée pour accompagner le nouveau plan de croissance de la société.

Mecaprotec Industries, qui affiche plus de 400 qualifications auprès d'une trentaine de donneurs d'ordres (avionneurs et grands équipementiers), travaille sur une cinquantaine de programmes aéronautiques de par le monde. La société a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 39,7 millions d'euros et compte passer le cap des 50 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel à l'horizon de 2021.

Marina Angel

0 Commentaire

Mecaprotec Industries va investir 15 millions d'euros sur cinq ans

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS