Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Mecachrome produira les aubes du moteur Leap de Safran dès 2015

Olivier James , , ,

Publié le

Snecma (groupe Safran) a choisi Mecachrome pour la production des aubes de turbine de son moteur Leap. Ou comment un grand de l’aéronautique frappe à la porte d’un petit de l’automobile pour relever le défi des hautes cadences de production.

Mecachrome produira les aubes du moteur Leap de Safran dès 2015 © Eric Drouin - Safran

S’il fallait un indice de plus prouvant que l’aéronautique est bien en train de passer dans une nouvelle ère industrielle, l’annonce conjointe de Snecma et Mecachrome tombe à point nommé. Les dirigeants des deux entreprises ont signé, lundi 14 avril, un contrat de fabrication sur le site de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe) de Mecachrome qui concerne les aubes de turbines du moteur Leap de Snecma. Une production qui nécessite un investissement global de 60 millions d’euros et qui devrait créer 150 nouveaux emplois. Si la filiale du géant Safran est allée chercher une entreprise de dimension bien plus modeste pour entrer dans l’aventure du Leap, cela ne doit rien au hasard.

Rappel des faits : le Leap est dédié aux court et moyen-courriers produit par CFM International, société commune à 50/50 entre le français Snecma et l’américain General Electric. Ce moteur, c’est le projet industriel phare de Safran, celui qui remplacera dès 2016 le CFM 56, best-seller aéronautique qui s’est vendu à 26 000 exemplaires. Alors que le Leap n’a pas encore volé - il entrera en service en 2016 - il s’annonce déjà comme un succès. Pas moins de 6300 moteurs ont déjà été commandés. Ils équiperont l’A320neo de l’européen Airbus, le 737 MAX de l’américain Boeing et le C919 du chinois Comac. Il faut dire que ce moteur offre une réduction de carburant de l’ordre de 15% par rapport aux autres moteurs.

L’aéro a besoin de l’auto… et vice-versa

Comme tous les acteurs de l’aéronautique, Safran est confronté à la hausse des cadences de production imposée par ces grands avionneurs. Ce qui incite à regarder du côté… de l’automobile.

"On s’inspire beaucoup des méthodes de l’automobile, explique en aparté de la visite de l’usine le PDG de Snecma, Pierre Fabre. Ce secteur est plus en avance que nous en matière de robotisation et de production en série de qualité". Raison pour laquelle la décision a été prise fin 2010 de faire appel à Mecachrome : les aubes de turbine seront réalisées en aluminure de titane, un alliage deux fois plus léger que ceux en nickel couramment employés dans les moteurs d’avion mais aussi beaucoup plus dur. L’usinage doit allier rapidité d’exécution et robustesse. Des chiffres ? Une aube sera produite toute les trois minutes, soit environ 100 000 pièces à l’année. Un challenge industriel pour un secteur aux normes de sécurité très strictes.

Une double source pour chaque partie du moteur

Si Mecachrome fournissait déjà Snecma pour d’autres pièces, son site de Sablé-sur-Sarthe était quant à lui entièrement dédié à l’automobile. "Nous produisons dans cette usine des culasses et des blocs moteurs pour les voitures haut-de-gamme, affirme Arnaud de Ponnat, président de Mecachrome. Si nous ne sommes que peu dépendants du marché automobile européen, notre activité est restée stagnante ces dernières années". Le trou d’air que traverse l’automobile en France incite les industriels à se diversifier. Les besoins dans l’aéronautique tombent à point nommé.

Des lignes de production dédiées à des programmes automobiles qui s’achèvent vont bientôt laisser place à celle qui produira les aubes en aluminure de titane du Leap. Pour le moment, seul un îlot de quelques machines assure la production, encore en phase de test, des aubes. "La production en série débutera début 2015 et nous assurerons la montée en cadences entre 2016 et 2019, précise Arnaud de Ponnat. Aujourd’hui, 50 salariés, sur les 280 que compte le site, travaillent à la production des aubes. Ils seront à terme environ 150." Mais le site de Mecachrome ne sera pas la seule installation industrielle à fournir ces aubes de turbine à Snecma. La filiale de Safran vise une double source pour chaque partie de son moteur. De quel industriel s’agit-il ? Sera-t-il basé en France, aux Etats-Unis, au Mexique ? "Nous l’annoncerons avant la fin de l’année", sourit Pierre Fabre.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle