L'Usine Aéro

MBDA pourrait profiter du rétropédalage de la Turquie sur le missile chinois

Elodie Vallerey ,

Publié le

Le 23 octobre, la Turquie a annoncé que son choix s'orientait vers un groupe de défense chinois pour s'équiper de missiles de longue portée. Une décision depuis largement critiquée par les alliés d'Ankara au sein de l'Otan, et qui pourrait profiter au candidat franco-italien à l'appel d'offres, la filiale Eurosam du groupe de défense MBDA.

MBDA pourrait profiter du rétropédalage de la Turquie sur le missile chinois © MBDA / Michel Hans

"Pour l'instant, la Chine offre les meilleures conditions". Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan met le feu aux poudres, le 23 octobre dernier, en confiant à demi-mot que la Turquie s'oriente vers un groupe chinois pour s'équiper en missiles antimissiles.

Aussitôt, les alliés d'Ankara dans l'Otan - les Etats-Unis en tête - se dressent contre cette décision. Le secrétaire général de l'organisation, Anders Fogh Rasmussen, met insidieusement la pression sur Erdogan lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Eurosam (MBDA) et Raytheon encore en lice

"Il est de la plus grande importance que les systèmes qu'un pays de l'Alliance souhaite acheter puissent fonctionner de concert avec des systèmes similaires présents dans d'autres pays de l'Alliance (...) Je suis sûr que la Turquie est consciente de cette position de l'Otan ... et qu'elle en tiendra compte avant de prendre sa décision finale", déclare-t-il, comme le rapporte l'AFP.

Devant la levée de boucliers provoquée par les négociations avec l'entreprise chinoise China Precision Machinery Import-Export Corporation (CPMIEC), le 26 octobre, le ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoglu calme le jeu. "Ce n'est pas encore une affaire conclue. Si les firmes américaines et européennes nous font des offres plus intéressantes, nous continuerons de discuter avec elles", aurait-il consenti, comme rapporté dans les journaux turcs.

Une fenêtre d'opportunité pour Eurosam, la filiale franco-italienne de MBDA ? Son missile sol-air longue portée SAMP/T est en effet encore en lice dans l'appel d'offres d'Ankara. Face à lui ne reste que l'américain Raytheon, l'offre du russe Rosoboronexport ayant déjà été éliminée.

Actif depuis plusieurs années dans la défense antiaérienne française, le système SAMP/T d'Eurosam a été pensé pour "s’intégrer pleinement dans une architecture Otan", décrit le site du ministère français de la Défense. Son essai d’interception d’une cible représentative d’un missile balistique réussi le 6 mars 2013 pourrait bien inciter la Turquie à orienter son choix sur ce système... et réchauffer ses relations avec ses alliés de l'Otan.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/10/2013 - 11h14 -

Il y a aucun intérêt pour la Turquie d'acheté des systèmes aussi important antimissile par des ses aillées soit disant OTAN, tous les pays OTAN soutien les terroriste et ils veux crée projet grand moyen orient.

LA Chine sera le meilleurs allies dans cette période
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte