Quotidien des Usines

MBDA pose la première pierre de son usine de déconstruction de missiles

, , ,

Publié le

Le missilier français investit 12 millions d'euros à Bourges (Cher) dans une nouvelle unité de désarmement de munitions complexes.

MBDA pose la première pierre de son usine de déconstruction de missiles © MBDA

Un an après l'attribution d'un marché de destruction de 36 000 munitions par l'OTAN, le missilier MBDA entame la phase opérationnelle. Le groupe européen, contrôlé par BAE, EADS et Finmeccanica, a posé mercredi matin 14 novembre la première pierre d'un bâtiment dédié, à Bourges (Cher), sur le site du Subdray, où il est déjà implanté. Cette unité qui emploiera une vingtaine de salariés représente un investissement de 12 millions d'euros. C'est la première du genre en France. Elle entrera en service dès 2013.

Ce marché fait suite à la ratification par la France en 2010 du traité d’Oslo, qui bannit les armes à sous-munitions et oblige les États signataires à les détruire d’ici 2018. Le gouvernement avait demandé à MBDA de prendre en main cette mission pour la France.

Sur place, les armes seront désactivées et démantelées, à raison de 2 500 tonnes par an. Dans le cas des roquettes et des missiles, les propulseurs passeront dans un four, apte à résister à d'éventuelles explosions. L'air du bâtiment sera traité, afin de recycler les émanations gazeuses.

Fort de 10 000 salariés et d'un chiffre d'affaires supérieur à 3 milliards d'euros, MBDA compte trois usines en France : deux à Bourges (Cher) et une à Selles-Saint-Denis (Loir-et-Cher).
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte