Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

MBDA favorable au rapprochement entre Naval Group et Fincantieri

Publié le

Le fabricant de missiles fournisseur des deux fabricants de navires militaires, estime qu'il est temps de favoriser les coopérations dans l'industrie navale de défense en Europe.

MBDA favorable au rapprochement entre Naval Group et Fincantieri
Antoine Bouvier, PDG de MBDA, est favorable au rapprochement entre l'italien Fincantieri et le français Naval Group.
© DR

Dans les discussions entre l'italien Fincantieri d'une part et les groupes français Naval Group et STX d'autre part, afin de créer un Airbus Naval, il y a des avis qui comptent plus que d'autres. Et notamment celui d'Antoine Bouvier PDG de MBDA le fabricant européen  de missiles. Soit l'une des rares réussites industrielles en matière d'Europe de la Défense. Sa société, créée à partir des actifs français, britanniques, italiens et allemands, s'est imposée comme le champion européen des missiles. Avec 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, elle revendique 20% du marché mondial et tient la dragée à ses deux concurrents nords-américains Lockheed Martin et Raytheon qui bénéficient pourtant d'un fort marché domestique fermé aux sociétés étrangères. 

Des programmes franco-italiens qui divergent

Sans surprise, le dirigeant s'est montré favorable à la consolidation de l'industrie européenne de défense navale. "Tout ce qui va dans un sens d'intégration et qui permettrait de renverser la vapeur dans le domaine de la coopération navale, va dans le bons sens. On ne peut pas se permettre de diverger plus encore que ce que l'on a fait aujourd'hui", a expliqué Antoine Bouvier, ce 19 septembre devant l'association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

Cela ne l'a empêché de se montrer critique sur la situation actuelle estimant que jusque maintenant, les divergences industrielles l'avaient emporté. Concernant leurs frégates de prochaine génération, Français et Italiens se sont en effet royalement ignorés. La France a lancé le programme des FTI soit les frégates de taille intermédiaire, et les Italiens celui de PPA (Pattugliatore Polivalente d’Altura) soit des patrouilleurs de haute-mer polyvalents. "Il s'agit de deux gammes de bateaux qui ont des missions à peu près identiques mais qui sont totalement différents. Le seul point commun, ce sont les missiles MBDA. C'est une situation qui n'est pas satisfaisante", a-t-il regretté au delà de la satisfaction d'être retenu comme fournisseur par les deux marines européennes. 

Choix de radars différents

Pourtant les deux pays ont montré par le passé qu'ils pouvaient travailler ensemble. La première collaboration significative remonte aux frégates Horizon dont les premiers exemplaires ont été fabriquées au début des années 2000. A l'époque, les deux pays avaient fait le choix d'une plate-forme identique, de radars identiques et d'un armement de défense aérienne commun. Mais ce temps n'a pas duré. Les divergences ont commencé à apparaître dès la génération suivante, avec les frégates multimission alors même qu'il s'agissait d'un programme en coopération entre les deux pays. La marine française avait choisi les radars de Thales, son homologue italienne ceux du fabricant domestique Leonoardo. Par ailleurs, le choix concernant certains éléments de la plate-forme diverge aussi notamment au niveau de la propulsion. 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus