Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : un nouveau directeur venu de Safran pour piloter l'extension de l'Institut des métiers de l'aéronautique

, , , ,

Publié le

Changement dans le management de l'Institut marocain des métiers de l'aéronautique (IMA) situé à Casablanca. Patrick Ménager, transfuge de Safran est devenu depuis novembre 2015 directeur général de l'Institut piloté par le Gimas. Objectif : mener l'extension de l'IMA qui double de taille pour suivre la demande. 

Maroc : un nouveau directeur venu de Safran pour piloter l'extension de l'Institut des métiers de l'aéronautique
Inauguré le 4 avril 2011, pour un investissement global de 113,5 millions de dirhams, géré par le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), l'IMA s'est fixé comme objectif initial de former 600 stagiaires par an et quelques 100 à 200 jeunes d'un niveau Bac à Bac+2 au titre de la formation professionnelle en alternance.
© ima

Nouveau challenge. L'Institut des métiers de l'aéronautique (IMA) est dirigé depuis novembre 2015 par Patrick Ménager, un transfuge de Safran qui fût notamment responsable de la qualité chez Sagem Défense sécurité. Il remplace Abdlebasset Bentoumi parti pour "incompatibilité" selon Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas).

Objectif, aider l'Institut à réussir son extension menée tambour battant depuis début janvier en raison de la forte croissance du secteur aéronautique.

"Je suis en mission, détaché auprès de Safran Maroc pour m'occuper du projet d'extension de l'IMA qui consiste à doubler sa capacité d'accueil en passant de 600 stagiaires à 1200 stagiaires formés par an" explique à L'Usine Nouvelle Patrick Menager (photo).

Une mission temporaire selon lui, "le temps de mettre en place l'extension et d'aider à l'amélioration de la qualité générale de fonctionnement de l'Institut, la suite sera très probablement assurée par un futur directeur général marocain".

Poussé par la forte croissance que connait le secteur de l'aéronautique depuis de nombreuses années, l'IMA a lancé début janvier, les travaux de doublement de sa capacité comme nous l'avait annoncé Benbrahim El Andaloussi.

L'extension de l'IMA correspond à l'augmentation du besoin de formation professionnelle de l'industrie aéronautique au Maroc et à la croissance à deux chiffres de ce secteur constitué au Maroc presque exclusivement d'entreprises étrangères (Bombardier, Safran, Dassault, Airbus, Le Piston français, Daher...).

Le projet a été validé par la convention signée en avril 2014 entre le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, le GIMAS, l’AFD et l’UIMM. Et à ce titre, l'UIMM / Codifor est partenaire de l'Institut des métiers de l'aéronautique pour la partie ingénierie de la formation.

L'investissement total s'élève à 3 millions d'euros. Il consiste à doter l'IMA de 1000 m² supplémentaires d'atelier et 1300 m² de salles de cours. Un total de 2300 m² qui vient s'ajouter aux 4400 m² construits existants.

Inauguré le 4 avril 2011, pour un investissement global de 113,5 millions de dirhams, géré par le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), l'IMA s'est fixé comme objectif initial de former 600 stagiaires par an et quelques 100 à 200 jeunes d'un niveau Bac à Bac+2 au titre de la formation professionnelle en alternance.

"Nous avons l'objectif de former 900 jeunes en formation qualifiante contre 350 l'année dernière. Aujourd'hui nous sommes obligés de faire du 2x8 sur des filières comme le rivetage-montage ou les systèmes électriques-câblage pour suivre la demande" précise Patrick Ménager.

Il est également envisagé de rajouter de nouvelles filières qui seront intégrées dans les nouveaux bâtiments qui intégrerons des travaux d'ingénierie, une filière peinture soudure et électronique et de l'ajustage montage composite.

Le standard des promotions à l'IMA est de former des groupes de 15 personnes pour 120 heures de formation. Les cycles de formation en alternance varient de 4 à 11 mois en fonction des besoins des industriels.

"La filière spécifique à Bombardier par exemple faity exception. Elle comprend un effectif de 2X30 personnes travaillant sous licence selon un programme propre au constructeur. Le cycle de formation est de 14 semaines" détaille Patrick Ménager.

L'IMA reçoit en moyenne 400 candidatures spontanées par mois d'un niveau Bac+2. Mais les places sont chères car seuls 10% des candidatures sont sélectionnées. "Quand les exigences de nos clients sont plus strictes, ce taux peut baisser à 7-8%" note Patrick Ménager.

Nasser Djama

 

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle