Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : tests positifs de découverte de gaz naturel au nord de Kénitra

, ,

Publié le

Des volumes de gaz naturel modestes ont été découverts dans le bassin du Gharb au nord de Kénitra au Maroc par la compagnie irlandaise Circle Oil. Si le potentiel est bien au rendez-vous, ce permis pourrait permettre de doubler la faible production marocaine de gaz.

Maroc : tests positifs de découverte de gaz naturel au nord de Kénitra
Circle Oil Plc en 2006 a signé avec l'Office national des hydrocarbures et des mines un accord d'exploration et d'exploitation d'une concession de 134 km² pour 8 ans prolongés à 30 en cas de résultats probants.
© circleoil

Les entreprises citées

A confirmer. Les résultats préliminaires du permis du Sebou situé dans le bassin du Gharb au nord de Kénitra au Maroc et mené par la petite compagnie indépendante irlandaise Circle Oil se sont révélés positifs a affirmé l’Onhym (Office national des hydrocarbures et des mines) dans un communiqué.

petites accumulations de gaz biogénique

"Les tests ont confirmé l’existence de petites accumulations de gaz biogénique" note l'Onhym et rappelle dans la foulée que "les volumes restent modestes" et que ces résultats sont "à l’instar de ceux découverts en 2008 et en 2010".

Le forage du puits CGD-12 d'une profondeur de 1 232 m a démarré le 25 août. Il est le deuxième parmi 6 autres puits programmés par Circle Oil cette année et sera "équipé pour une production future".

Les volumes extraits viendront s'additionner à ceux déjà existants dans le bassin. Ils pourraient alimenter les industries de la région ou au delà. Selon les résultats préliminaires à confirmer, ces puits possèdent un potentiel de près de 200 000 mètres cube par jour, soit 73 millions de mètres cubes de gaz naturel par an. Fin juillet, une autre compagnie Gulfsands avait déjà déclaré une petite découverte dans la même région.

Pour rappel, les importations marocaines de gaz naturel se chiffrent à plus d'un milliard de mètres cube par an alors que le royaume produit aujourd'hui environ 70 millions de mètres cube par an.

La consommation de gaz naturel, surtout destinée à la production de l'électricité a légèrement reculé de 4,8% en 2013 à 1,1 milliard de mètres cube. Mais, elle avait fortement augmenté en 2012 (+49,1%) après avoir déjà plus que triplé par rapport à 2005.

Des volumes qui restent toutefois très modestes. A titre de comparaison, l'Algérie produit quelques 81 milliards de mètres cube de gaz naturel par an et possède des réserves de 4 500 milliards de mètres de cube.

Circle Oil Maroc Ltd (COML) est une filiale de Circle Oil Plc coté sur le marché non régulé AIM (Alternative Investment Market) de Londres. Elle a aussi bénéficié de prêts de la SFI, filiale de la Banque mondiale dédié au secteur privé.

En 2006, la compagnie a signé avec l'ONHYM un accord d'exploration et d'exploitation d'une concession de 134 km² pour une période de 8 ans prolongée à 30 en cas de résultats probants. La participation se répartit à 75% pour COML et 25% pour l'Onhym.

un milliard de mètres cube par an

COML a également signé un accord similaire au permis de Sebou dans la région d'Oulad N'Zala sur une concession contiguë de 25 km² avec une répartition 60-40% en faveur de COML.

Au début 2010, COML avait signé un autre accord de permis d'exploration "Lalla Mimouna" sur 2 211 km². Les pourcentages d'intérêts pour ces permis sont de 75% pour COML  et 25% pour l'Onhym.

Le plan complet de Circle Oil au Maroc consiste à procéder au forage de 12 puits répartis entre les permis de Sebou et ceux d' Oulad N'Zala et Lalla Mimouna. Le groupe qui a enregistré un chiffre d'affaires de 47,8 millions de dollars au premier semestre (+13%) est également actif en Tunisie, en Egypte et dans le sultanat d'Oman.

Le Maroc quasiment dépourvu d'hydrocarbures importe presque tout son pétrole et son gaz naturel pour une facture de l'ordre de l'ordre de 9 milliards d'euros par an, plus de 10% du PIB.

Dans l'espoir de l'alléger, le royaume a attribué ces dernières années, via l'ONHYM, une trentaine de licences d'exploration onshore ou offshore souvent à de petites compagnies indépendantes mais aussi quelques majors comme Chevron. Sans découvertes significatives à ce jour.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle