Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc Telecom : résultats 2013 en baisse et gros redressement fiscal

, , ,

Publié le

Le premier opérateur du Maroc a vu son bénéfice net chuter  de 17% en 2013. Le chiffre d’affaires recule lui de 4%, dont 8% pour le seul marché marocain. Le groupe a subit un redressement fiscal record de plus de 130 millions d’euros.

Maroc Telecom : résultats 2013 en baisse et gros redressement fiscal
Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc telecom

Exercice en demi-teinte pour Maroc Telecom. L’opérateur historique du royaume marocain dont Vivendi a décidé de vendre à l'automne dernier sa participation de 53% à l’émirati Etisalat a vu son activité globale et ses résultats chuter en 2013.

Selon un communiqué publié le 13 février, le bénéfice net du groupe dirigé par Abdeslam Ahizoune a plongé de 17%  à 5.54 milliards de dirhams alors que Maroc Telecom indique prévoir pour cette année 2014 une rentabilité en légère baisse et une légère croissance des investissements.

Le chiffre d’affaires consolidé de 2013 recule de 4,3% à 28,559 milliards de dirhams (2,54 milliards d’euros). « Cela s’explique par le recul du chiffre d’affaires au Maroc (-8,1%), dû aux fortes baisses de prix du mobile et à la réduction des tarifs de terminaison d’appel, compensées en partie par la forte croissance des revenus de l’international (+9,5%) », indique IAM (Ittisalat Al-Maghrib, nom officiel du groupe).

A l’inverse le chiffre d’affaires des activités internationales, essentiellement en Afrique subsaharienne (Burkina, Mauritanie, Sénégal, Gabon…) progresse à e 9,5% à 7,754 milliards de dirhams. Ces activités pèsent donc 27% du total du chiffre d'affaires de l’opérateur marocain.

A L'AMIABLE

L’EBITDA (Earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization ou Excédent brut d’exploitation) du groupe s’est lui élevé en 2013 à 16,213 milliards de dirhams, soit une baisse de 3%. Celle-ci a été bien plus accentuée sur le seul marché marocain, à savoir -8,2%, du fait notamment de la concurrence des deux autres opérateurs Meditel (Orange) et Inwi (Sni/Zain) et des baisses de prix.

A l’inverse, là encore l’EBITDA des activités internationales progresse lui fortement de 18,1% à 3,904 milliards de dirhams, soit une marge de 50,4%.

Les résultats négatifs au plan financier sont contrebalancés par quelques bonnes nouvelles au plan commercial, comme la poursuite de la croissance du parc global  à 37 millions de clients dont une croissance de 13,5% pour le parc Mobile, 5% pour le parc Fixe et 20,4% pour le parc Internet.

Le marché marocain du mobile qui compte 42 millions de lignes se partage entre trois opérateurs. A fin 2013, selon le régulateur (ANRT) Maroc Telecom détenait 42,85% du marché suivi par Méditel à 29,18% et Inwi à 27,97%.

Au Maroc notamment le parc fixe a bondi de 8,7% et l’internet Haut Débit de 22,6%.

Le groupe indique, par ailleurs, à l’occasion de la publication de ces résultats avoir « réglé à l’amiable » un contrôle fiscal avec les autorités marocaines « par la signature d’un accord transactionnel de 1,5 milliard de dirham", soit près de 134 millions d'euros. Comme 468 millions de dirhams avait déjà été provisionné, selon Abdeslam Ahizoune, l'impact sur le résultat 2013 s'élève à 1 milliard de dirhams. Une sacré addition.

Le groupe est la plus grosse capitalisation de la bourse de Casablanca où il pèse 7,5 milliards d'euros. La cession du bloc de 53% par Vivendi à Etisalat annoncé en novembre doit se réaliser pour un montant de 4,2 milliards d'euros mais cette opération n'est pas encore formellement bouclée, dépendant encore de certaines autorisations nationales. L'Etat marocain quant à lui détient encore 30% du groupe, le solde étant en bourse.

Quant au dividende 2013, "le conseil de surveillance propose la distribution de 100% du résultat 2013, soit six dirhams par action, représentant un rendement de 6,1%", conclut Maroc Telecom. De quoi bien servir petits et grands actionnaires,

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle