Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc Telecom : la vente des 53% de Vivendi ne serait pas finalisée avant l'automne

, , , ,

Publié le

Ne brader aucun actif... tel est le mot d'ordre de Vivendi, délivré lors de son assemblée générale à Paris le 30 avril alors que le groupe est engagé dans un recentrage stratégique. Vivendi confirme avoir reçu deux offres pour reprendre ses 53% dans Maroc Telecom. Mais la cession ne serait pas finalisée avant l'automne. Les résultats de Vivendi "devraient encore baisser en 2013", selon la direction qui étudie par ailleurs une possible entrée en bourse de SFR. Maroc Telecom a vu au contraire ses marges progresser au premier trimestre 2013.

Maroc Telecom : la vente des 53% de Vivendi ne serait pas finalisée avant l'automne © D.R.

Les amateurs d'annonces fracassantes auront été déçus!

Dans ses commentaires liminaires de l’assemblée générale de Vivendi qui s'est ouverte à 15 heures ce 30 avril à Paris, Jean-René Fourtou, président du Conseil de surveillance est resté très évasif sur l'évolution du périmètre du groupe.

Les observateurs attendaient notamment plus de précisions, c'est un euphémisme, sur les cessions de Maroc Telecom et de l'opérateur brésilien GVT alors que Vivendi se prépare à opérer un recentrage sur les contenus : Universal Music, EMI, Canal Plus... et que l'avenir de SFR n'est, lui non plus, toujours pas tranché. Une mise en bourse faisant figure de solution possible pour l'avenir de SFR, selon la direction.

"Sur Maroc Telecom, Vivendi a reçu deux offres engageantes que nous allons examiner tranquillement"

Concernant Maroc Telecom, ces dernières semaines deux opérateurs venus du Golfe : Ooredoo (ex-Qatar telecom) et Etisalat (Abu-Dhabi) avaient confirmé préparer une offre sur la part majoritaire de Vivendi dans le groupe marocain (le coréen KT s'étant retiré de la course). Il s'agit donc sans doute des deux offres mentionnées par le groupe à Paris, ce 30 avril car "Vivendi a reçu deux offres engageantes que nous allons examiner tranquillement", a indiqué Jean-René Fourtou

"Tant que des accords ne sont définitivement conclus et que le conseil n'a pas rendu ses décisions, il est extrêmement difficile de communiquer", a regretté Jean-René Fourtou.

Le groupe français détient 53% dans Maroc Telecom aux côtés de l'État marocain (30%), le solde étant pour l'essentiel coté sur les bourses de Casablanca et Paris.

Vivendi est dans une phase de transition, et il s'agit de "réaliser une ou deux cessions d'actifs de façon à restaurer la marge de manœuvre du groupe" selon Jean-René Fourtou. La dette de Vivendi s'élevait fin 2012 à 13,4 milliards d'euros.

Pour Jean-François Dubos, président du directoire de Vivendi, "nous ne sommes pas dans l'urgence. Toutes nos activités sont profitables. Il s'agit de bien valoriser les actifs susceptibles d'être cédés".

Vincent Bolloré entré fin 2011 dans le capital du groupe dont il est devenu le premier actionnaire avec 5% des parts, n'était pas présent lors de l'assemblée générale à Paris. Son nom avait été cité ces derniers temps pour remplacer Jean-René Fourtou à la tête du groupe. Il plaiderait justement pour que Vivendi prenne son temps dans ses cessions plutôt que de vendre les actifs à des prix insuffisants.

Jean-René Fourtou a par ailleurs, indiqué lors de l'AG que son remplacement par Vincent Bolloré "n'était pas à l'ordre du jour immédiat".

"Sans doute pas de cession de Maroc Telecom avant l'automne"

Concernant la cession proprement dite de Maroc Telecom : Jean-René Fourtou a indiqué : "Cela prendra pas mal de temps pour aboutir. La finalisation n'interviendra sans doute pas avant l’automne, car ce sera extrêmement compliqué". Cette difficulté s'explique sans doute en partie car Maroc Telecom est l'opérateur historique du royaume, assumant de ce fait d'importantes missions de service public. Au Maroc sur le mobile et l'internet, Maroc Telecom dénommé aussi IAM est concurrencé par les opérateurs Meditel (Orange) et Inwi (SNI).

En bourse la part de Vivendi dans Maroc Telecom est valorisée environ 4,3 milliards d'euros. Le groupe, selon diverses sources financières, en espère plus de 5 milliards d'euros. La difficulté à obtenir ce montant auprès des acquéreurs potentiels pourrait expliquer l'absence d'avancées concrètes dans le processus de cession, alors que cette assemblée générale à Paris était considérée comme une étape importante dans la communication du groupe sur sa stratégie.

Selon Reuters, citant des proches du dossier le nom du repreneur pourrait néanmoins être connu ces prochains jours.

Lors de la séance des questions, de nombreux petits porteurs de Vivendi ont contesté la stratégie floue selon eux du groupe, l'indemnité de départ accordée à Jean-Bernard Levy ou l'absence de résultats concrets quant aux cessions annoncées. L'un d'entre eux a même suggéré à Jean-René Fourtou de démissionner et de prendre sa retraite au Maroc où il possède une maison!

Celui-ci a indiqué qu'il regrettait à titre personnel la cession de Maroc Telecom au vu notamment de ses relations avec le royaume, mais qu'il s'agissait d'une décision du conseil, au vu notamment de la difficulté de se développer à l'échelle mondiale dans les telecoms.

Pierre-Olivier Rouaud

 

Bons résultats au premier trimestre pour Maroc Telecom
Maroc Telecom a annoncé hier 29 avril, ses résultats sur le premier trimestre 2013. Le groupe dirigé par Abdeslam Ahizoune a enregistré un recul de 4,7% de son chiffre d’affaires trimestriel à 7,18 milliards de dirhams (644 millions d'euros). Au Maroc, le recul est même de 7,5% ce qui s’inscrit "dans un contexte de ralentissement de la consommation". Autres raisons évoquées : "la poursuite de la baisse des prix dans le mobile, la nouvelle baisse des tarifs de terminaison d’appel mobile et le recul du chiffre d’affaires de la téléphonie fixe concurrencée par le mobile".
À fin mars, le parc client mondial du groupe s’établit à près de 34 millions de clients, en hausse de 14,1% "grâce à la croissance des parcs au Maroc et la dynamique de l’international". Hors Maroc, le parc s’élève à 14 millions de clients, soit un bond de 32% avec une présence au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, au Burkina-Faso et au Gabon. Sur son marché domestique, le groupe compte 1,298 million de lignes fixes (+4,2%). En matière de rentabilité, l’EBITDA (résultat opérationnel avant amortissement) s’inscrit à 4,228 milliards de dirhams (+0,1% soit 380 millions d'euros), permettant de dégager une confortable marge d’Ebitda de 58,9% (+2,8 points). Sur l'ensemble de 2012, Maroc Telecom avait enregistré un bénéfice net de 602 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d'euros, soit une marge nette de 22,5%.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle