Maroc : SNI, holding de la famille royale veut se muer en fonds d'investissement panafricain

Le processus de transformation de la Société nationale d'investissement (SNI), holding de la famille royale du Maroc se poursuit avec son  désengagement quasi total du sucrier marocain Cosumar. La SNI dit viser désormais des prises de participations financières dans des sociétés aussi bien marocaines que subsahariennes. 

Partager
Maroc : SNI, holding de la famille royale veut se muer en fonds d'investissement panafricain
La Société Nationale d'Investissement (SNI) est une holding d'investissement marocaine privée de la famille royale.

1,35% du capital. C'est la part résiduelle de capital du sucrier Cosumar détenu désormais par la Société nationale d’investissement (SNI), la holding de la famille royale du Maroc. Le 5 mars, la holding a en effet cédé 9,1% du capital soit 3 817 190 actions Cosumar. Cette opération clôture presque totalement le désengagement de la SNI de son ex-fiiliale Cosumar entamé à la Bourse de Casablanca "entre le 13 février et 5 mars 2015 au profit d’une trentaine d’investisseurs, aussi bien nationaux qu’internationaux, composés principalement d’Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières", précise un communiqué de la SNI.

En avril 2013, la SNI avait déjà vendu 27,5% de Cosumar pour 2,3 milliards de dirhams (1000 dirhams = 92 euros) au groupe singapourien Wilmar, un des leaders mondiaux du négoce de sucre. Puis, en janvier 2014, la holding, actionnaire alors de Cosumar à ce moment, à hauteur encore de 36,7%, en cédait 24,5% à des investisseurs institutionnels (Axa Assurances, CNIA Saada, RMA Watanya, SCR, Wafa Assurances, MAMDA, MCMA, CDG, CMR, RCAR, Wafa Gestion, CFG ainsi qu’un gestionnaire de fonds sud-africain). Prix de la cession : 1,9 milliard de dirhams.

transformation en fonds d’investissement

Dans l'agro-alimentaire, outre le sucre (Cosumar), les dégagements de la SNI ces dernières années concernent les huiles Lesieur Cristal cédées à Avril, les biscuits Bimo repris par Mondelez ou encore Centrale laitière, leader marocain des produits laitiers passé dans le giron de Danone. L'occasion d'une sorte de normalisation : ces participations détenues dans un secteur majeur de l'économie, et longtemps subventionné, laissent porter le flanc aux critiques de favoritisme.

Cette stratégie s'inscrit dans le cadre de la "transformation de la SNI en fonds d’investissement à long terme prenant des participations dans des projets structurants aussi bien au Maroc qu’en Afrique subsaharienne", selon le communiqué de la SNI.

Ce processus de transformation de la holding royale en "family office" et non plus actionnaire actif a été entamé fin 2010, après la fusion-absorption par SNI d'Omnium Nord-Africain (ONA), autre holding détenue par le roi et ses proches (cf la liste des cessions)

Il devrait s'accélerer avec le nouveau patron de la SNI, Hassan Ouriagli, un X Ponts passé notamment par Cap Gemini, nommé en septembre 2014. Ce dernier a d'ailleurs récemment procédé au remaniement managérial de plusieurs sociétés de la holding comme Marjane (distribution), Sotherma (eaux), Optorg (commerce international) ou encore Wafa Assurance. Prélude peut être à d'autres changements.

Reste que la SNI demeure un acteur important de l'économie marocaine par certaines de ses filiales. C'est le cas de Wana / Inwi, troisième opérateur télécom du Maroc détenu en majorité par la SNI aux côtés du koweitien Zain. Ou encore de Nareva Holding, société créée il y a dix ans et qui mène, notamment avec Gdf-Suez, d'importants projets dans l'éolien (parc de Tarfaya...) ou l'électricité à base de charbon (future centrale de Safi). A cela s'ajoute le groupe minier Managem détenu à 81% par la SNI ou encore les supermarchés Marjane..

Mais, la participation la plus en vue de la SNI reste celle de 47,8% dans Attijariwafa Bank, première banque du royaume. La presse marocaine spécule fréquement sur la cession d'une part importante du capital d'Attijariwafa. Avec un souci : celui de trouver un ou même plusieurs actionnaires aux poches suffisamment profondes pour cette banque qui pèse la bagatelle de 7 milliards d'euros en bourse, soit la deuxième capitalisation du pays ou encore l'équivalent d'environ 7% du PIB marocain.

Pour le reste, au vu d'un trésor de guerre qui se chiffre en milliards d'euros, on attendra avec intérêt les prochains investissements "de portefeuiile" de la SNI.

Nasser Djama et Pierre-Olivier Rouaud

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Ingénieur Sûreté de Fonctionnement - Assurance qualité Logiciel (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 26/07/2022 - CDI - La Défense

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS