Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : Renault, PSA mais aussi Ford et VW représentés au salon de la sous-traitance de Tanger

, , , ,

Publié le

En plein boom, le secteur automobile au Maroc cherche à approfondir son offre. Constructeurs, équipementiers et sous-traitants se réunissent la semaine prochaine à Tanger pour le 3ème salon de la sous-traitance organisé par la filière.

Maroc : Renault, PSA mais aussi Ford et VW représentés au salon de la sous-traitance de Tanger © tangerfreezone

A point nommé. Quelques jours après, la formalisation des projets du groupe Renault au Maroc au sein de son "Ecosystème" centré autour de son usine géante de Tanger, la filière automobile se donne rendez-vous dans cette même ville.

La zone franche TFZ de la cité du Détroit accueille, en effet, du 20 au 22 avril, le 3ème salon de la sous-traitance automobile. Ce terme de sous-traitance étant entendu comme les prestations et services destinés aux constructeurs et surtout équipementiers : traitement de surface, emballage, outillage et moules, maintenance électro-mécanique, etc…

De quoi compléter l’offre des équipementiers qui ont déjà suivi Renault comme Visteon, Denso ou les Français Saint-Gobain-Sekurit, Snop, Bontaz, MGI Coutier ou GMD.

L’industrie automobile a bondi de 23% au Maroc en 2015 avec près de 4,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Au total, le secteur compte déjà 170 usines de toutes tailles et emploie 90 000 salariés, en bonne partie à Tanger, en passe de devenir un petit "Detroit" de l’Afrique du nord.

De fait, la filière n’entend pas en rester là et après l’ouverture de l’usine Renault Tanger en février 2012 (340 000 véhicules de capacité), elle s’active en vue de l’arrivée de l’usine de PSA à Kenitra en 2019.

A cela s’ajoute l’intérêt croissant pour le "sourcing Maroc" de Volkswagen ou de Ford dont les acheteurs seront présents sur le salon.. Ford ayant d'ailleurs ouvert l'an dernier un bureau à Tanger.

"Notre industrie est en croissance mais il reste beaucoup à faire. Et notamment approfondir l’offre en rang 2 et 3  et en prestation de sous-traitance. L’objet du salon est de montrer à proximité immédiate des industriels les opportunités d’affaires dans notre pays. Rien qu’en sous-traitance, nous les chiffrons à environ 500 millions d’euros par an", nous explique Tajeddine Bennis, vice président de l’AMICA, la fédération de l’industrie automobile, organisatrice de la manifestation qui doit être inaugurée par le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy.

PSA vise 80% de sourcing au Maroc

De bonne augure, la semaine dernière Renault a indiqué vouloir d’ici à 2023 réaliser pour 1,8 milliard d’euros d'achats annuels au Maroc (un triplement) et porter sa part de sourcing local pour ses deux usines de Tanger et Casablanca (plus modeste) à 65% contre moins de 40% aujourd’hui. PSA s’est lui fixé un objectif ambitieux de 80% de sourcing au Maroc.

Avec les usines Renault, et le futur site PSA,  le potentiel de production au Maroc pourra atteindre d’ici à 5 ans autour de 600 000 véhicules. A cela s’ajoutent les usines espagnoles et portugaises des grands constructeurs qui peuvent être aisément livrés par camion depuis le Maroc. Un effet volume sur lequel compte la filière au Maroc pour capter de nouveaux investissements internationaux;

"Le marché accessible facilement pour des équipementiers dépassera bientôt le million de véhicules. Il y a donc des places à prendre notamment pour les industriels français et espagnols, nos partenaires naturels. On privilégie d’ailleurs une approche de co-localisation, la base low-cost au Maroc jouant en synergie avec les usines européennes, ce qui pourrait permettre de rapatrier certaines productions asiatiques, par exemple dans les moules et outillage, avec en plus un gain logistique de 5 semaines", poursuit Tajeddine Bennis, dont l'entreprise qu'il dirige, Snop Maroc, va justement annoncer sur le salon un investissement dans une usine d'outillage sur TFZ.

La Fiev, syndicat des équipementiers français conduira d’ailleurs la semaine prochaine une mission au Maroc.

Quant à la fédération marocaine Amica, pour accélérer la cadence, elle a créé voilà un an une cellule d’animation dédiée à la prospection et l’accueil des industriels internationaux. A qui l'état marocain fait valoir aussi notamment un taux de discount d'IS sur ses zones franches :  8,75% après une exonération de 5 ans.

Pierre-Olivier Rouaud

 

Des TPE bien parrainées
Le salon de Tanger sera l’occasion de faire le point sur une initiative originale de l’AMICA la fédération de la filière, le parrainage de TPE. Ce programme a été lancé voilà un an avec les autorités locales, il s’agit d’une sorte de « mentorat » de jeunes entrepreneurs dans des métiers de services autour de l’industrie automobile, et ce par des professionnels aguerris du secteur. L’objectif est de susciter la création de 250 à 300 TPE pour soutenir le développement local à côté notamment des zones franches où sont installées les entreprises internationales.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle