Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

[Maroc] Quel prix pour liquider la raffinerie Samir ?

Publié le

Le tribunal de commerce de Casablanca devrait décider cette semaine de la façon dont sera mis en vente la Samir, dans le cadre de sa liquidation, et surtout à quel prix. Une mauvaise appréciation et ce seront ses très nombreux créanciers qui en feront les frais.

[Maroc] Quel prix pour liquider la raffinerie Samir ? © dr

L’audience prévue le lundi 24 janvier 2017 a été reportée à ce lundi 30 janvier : le juge-commissaire du Tribunal de commerce de Casablanca tarde à déterminer la procédure de cession de la Samir. Celle-ci doit déterminer les règles que devront respecter les offres de rachat des actifs de la Samir. L’unique raffinerie nationale est en liquidation judiciaire depuis mars 2016. Son actionnaire majoritaire, le Saoudien Mohamed El Amoudi, PDG de Corral Petroleum Holding, avait décidé de stopper la production de carburant raffiné, début août 2015, faute d’approvisionnement et en raison d’un endettement abyssal. Le bras de fer engagé par la suite avec le gouvernement, entre chantage et promesses de recapitalisation, a abouti in fine à la liquidation simple de la dernière raffinerie marocaine. 

"Il est normal que le tribunal prenne du temps pour rendre sa décision sur la procédure à suivre car il doit examiner les différents aspects du dossier. Il peut décider de laisser le syndic libre de la stratégie à adopter, il peut également choisir de définir un prix de cession", explique Mohamed El Krimi, syndic judiciaire.

Des milliards de dettes

D’après les précédentes audiences, la réflexion porte justement sur ce prix de cession. Trop élevé, il pourrait dissuader des offres crédibles ; trop faible, il braderait les actifs de la raffinerie au dépend de ses créanciers. "Ce n’est pas qu’une question de prix, il faut également que l’acheteur respecte un certain nombre de critères, présente un business plan et offre une valeur ajoutée", souligne le syndic. Le 28 décembre dernier, une première offre anonyme, portée par le cabinet italien Giovanni Mazzanti, a proposé de racheter la Samir pour 30 milliards de dirhams (2,8 milliards d'euros). Un montant à mettre en regard des 43 milliards de dirhams (4 milliards d'euros) de dettes contractées par la société. "Nous avons plusieurs autres propositions dont certaines d’un montant supérieure à celle qui a été dévoilé. Pour moi, elles sont toutes crédibles jusqu’à preuve du contraire", indique, sibyllin, Mohamed El Krimi.

Pour valoriser la Samir, le syndic judiciaire était prêt à tout, même à redémarrer la raffinerie : son mandat de syndic judiciaire lui en donnait le droit. Lors du prononcé de la liquidation en mars dernier, le Tribunal de commerce a ainsi autorisé une "continuation" d’activité de trois mois. Le 21 juin, il a accordé au syndic six mois supplémentaires à sa demande expresse. Mohamed El Krimi tenait absolument à relancer l’activité car une raffinerie à l’arrêt vieillie très vite. Plus le temps passe, plus sa valeur s’effondre au détriment du remboursement des créanciers. Son redémarrage par un repreneur aurait coûté près de 350 millions de dirhams (32 millions d'euros) seulement un mois après l’arrêt de son activité, selon Afifa Dassouli, éditrice et professeur de finance à l’ISCAE. A défaut d’approvisionnement direct en brut, le syndic judiciaire envisageait même de louer les équipements à une entreprise extérieure. L’échéance du 21 décembre 2016 est cependant passée et il a échoué. Pendant toute cette période, les 900 salariés de la Samir ont été payés. Certains ont été employés à l’entretien des machines mais au 26 janvier 2017, selon un syndicaliste, ils attendent toujours leur salaire du mois.

Julie Chaudier

Réagir à cet article

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus