Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : privatisation partielle de l'opérateur portuaire Marsa avec 40% du capital introduit en bourse fin juin

,

Publié le

Les autorités de marché l'ont indiqué dans une note publiée vendredi 10 juin. L'opérateur portuaire public Marsa Maroc va être introduit en bourse d'ici à la fin du mois de juin. L'état marocain va céder 40% du capital dans ce qui sera la première introduction de l'année sur la place financière de Casablanca. Cette opération est estimée à plus de 175 millions d'euros.

Maroc : privatisation partielle de l'opérateur portuaire Marsa avec 40% du capital introduit en bourse fin juin
Marsa Maroc opère dans la plupart des ports du royaume à l'exception de la plateforme TangerMed.
© sodep.co.ma

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Pas de cash supplémentaire pour Marsa Maroc dans l'immédiat. C'est, en effet, par le biais d'une cession de 40% capital à l'occasion de son introduction en bourse que l'Etat marocain va partiellement privatiser l'opérateur portuaire public. C'est ce qu'indique la note d'information publiée vendredi 10 juin par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

Cette opération, en germe depuis des années, avait été réactivée récemment, selon des déclarations datant de quelques semaines de Mohammed Boussaïd, le ministre de l'Economie.

Dans les faits, l'état, unique actionnaire  va céder 29,35 millions de titres à un prix de référence de 65 dirhams mais avec différents prix selon les différents types de soucripteurs (particuliers, salariés, institutionnels...).

Le montant maximum de l’opération sera, selon la note de l'AMMC de 1,939 milliard de dirhams, soit plus de 175 millions d'euros (1 000 dirhams = 92 euros). La période de souscription va s'étaler du 20 au 30 juin inclus avec une clôture anticipée possible à partir du 23 juin.

Selon la note de l'AMMC, "L’opération vise notamment à institutionnaliser Marsa Maroc en associant de nouveaux partenaires au capital et accroître sa notoriété et sa proximité auprès, entre autres, des investisseurs institutionnels, des partenaires et du grand public ou encore faciliter le recours à des financements externes grâce à un accès direct aux marchés financiers".

L'an dernier, Marsa Maroc a réalisé un bénéfice net de 375 millions de dirhams en hausse de 14%. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 2,168 milliards de dirhams en augmentation de 7,2%. Le groupe employait 2 144 salariés à fin 2015.

La prochaine cotation de Marsa constitue aussi la première introduction à Casablanca depuis le début d'année (et seulement la troisième en trois ans après l'immobilière Dar Saada en 2014 puis Total Maroc en 2015) alors que la bourse marocaine est plutôt en forme actuellement, gagnant plus de 9,2% depuis janvier. Attijariwafa Bank sera le chef de file de cette opération à laquelle sont associées la plupart des grandes banques du pays. La préparation a été conduite par le groupement formé par Attijari Finances, Norton Rose Fulbright LLP Morocco et Roland Berger.

Marsa Maroc qui opère dans la plupart des ports du royaume à l'exception de la plateforme TangerMed conduit un important programme d'investissement depuis plusieurs années. Le groupe public via sa filiale TC3PC vient notamment d'achever un investissement de 2,2 milliards de dirhams à Casablanca pour la mise en service au second semestre du nouveau terminal à conteneurs TC3. Marsa Maroc devra aussi investir notamment sur Tanger pour mettre en exploitation en 2019 le terminal à conteneurs dont il a obtenu la concession sur TangerMed 2.

Le modèle tout public de l'exploitation portuaire au Maroc avait été abandonné avec la mise en service du port Tanger Med en 2007 puisque celui-ci accueille divers opérateurs (APM Terminals et consortium Eurogate-Contship / MSC / CMA-CGM). Si Marsa Maroc exploite tous les autres ports du royaume,  les nouvelles infrastructures portuaires comme Nador West Med ou Kenitra Atlantique devraient faire l'objet d'appels d'offre internationaux, d'où la nécessité pour Marsa Maroc de changer de statut.

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle