Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : pour l'appel d'offres éolien géant de l'ONEE, le rendez-vous ultime fixé à juin

, ,

Publié le

Les cinq consortia soumissionnaires dont les français EDF Energies nouvelles, GDF-Suez et Alstom, ont été déclarés qualifiés par l’Office de l'électricité du Maroc (ONEE) pour la dernière étape de son appel d’offres géant relatif au "Projet Eolien Intégré" de 850 MW. Ils doivent remettre leurs offres finalisées pour juin prochain. L’adjudicataire sera connu vers le début du deuxième semestre pour ce programme estimé à 1,24 milliard d'euros ayant cumulé les retards et qui prévoit la constitution d'une filière industrielle au Maroc.

Maroc : pour l'appel d'offres éolien géant de l'ONEE, le rendez-vous ultime fixé à juin
Le "Projet éolien intégré 850 MW" est développé dans le cadre d’un partenariat public-privé (ppp) et sera conçu selon le schéma Build own operate and transfer (Boot).
© onee

Après des années d'attentes et de retard, l’adjudicataire du "Projet Eolien Intégré" géant sera connu "vers le début du deuxième semestre" vient d'indiquer dans un communiqué l'ONEE qui conduit le projet .

"Le 10 avril, l'Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable (ONEE) a achevé l’évaluation de la première étape de l'Appel d'Offres n° SP 40 311, concernant le projet éolien intégré de 850 MW", précise le communiqué.

Suite à une phase de présélection l'an dernier actée en septembre, l'ONEE déclare que les cinq consortia soumissionnaires ont été déclarés qualifiés pour la deuxième étape.

"Tous les plans industriels proposés par les soumissionnaires sont en ligne avec les objectifs du Programme Intégré de l’énergie éolienne", précise l'ONEE.

Alors que de nombreux projets éoliens ont déjà été conduits au Maroc, la grande nouveauté de ce programme, estimé l'an dernier à 1,24 milliard d'euros sera l'obligation pour les adjudicataires de créer des filières industrielles au Maroc : construction de pales, tours, ingénierie et même assemblage de nacelles.

Hormis la fabrication des éléments de tours et l'ingénierie électrique, aucun de ces métiers n'est présent au Maroc, où les entreprises locales se plaignent régulièrement de leur faible implication dans les projets d'infrastructures énergétiques.

Pour rappel, les cinq consortia soumissionnaires en lice sont :

- Acciona Energia (Espagne)/ Acciona wind power (Espagne)

- Edf Energies Nouvelles (France) / Qatar electricity  and  water  company  “qewc” (Qatar)/ Fipar holding (Maroc)/ Alstom Wind (Espagne)

- International  company  for  water  and  power  projects “Acwa  power”  (Arabie  Saoudite)/ Gamesa Eolica sl (Espagne)

- International Power plc (UK) / International power ltd (UAE) / Vestas France sas

- Nareva holding (Maroc) / Enel green power (Italie) / Siemens wind power as (Allemagne)

Il doivent "remettre leurs offres techniques et  industrielles finalisées ainsi que leurs offres financières et tarifaires pour le mois de juin 2015" selon l'ONEE pour qui le  contenu des plans témoigne "du  grand intérêt  accordé  par les  cinq  groupements  soumissionnaires, leaders mondiaux dans le domaine, pour ce projet structurant, qui contribuera à la dynamique  économique que connaît notre Royaume et au développement social et régional, en termes d’investissements  directs et indirects, de création d’emplois, de recours aux prestations des PME-PMI nationales".

Pour rappel, les cinq projets de parcs, dont la mise en service interviendra entre 2017 et 2020, se situent  quant à eux à Tanger (150 MW) au nord du pays, Tiskrad - Laâyoune (300 MW), Jbel Lahdid – Essaouira (200 MW), Boujdour (100 MW) à 200 km au sud de Laâyoune et Midelt (100 MW) à 400 km à l'est de Casablanca. Deux de ces projets sont situés au Sahara occidental, région au statut international disputé.

Confronté à une demande électrique en hausse de 4 à 6% par an, le Maroc projette en 2020 d'atteindre 42% de sa capacité électrique installée en renouvelables avec ces nouveaux projet éoliens et ceux existant comme Tarfaya ou encore solaire comme ceux d'Ouarzazate. Tout en menant dans le même temps de lourds investissements dans les centrales à charbon.

Le "Projet éolien intégré 850 MW" sera développé dans le cadre d’un partenariat public-privé (ppp) et sera structuré selon le schéma Build own operate and transfer (Boot). Dans ce cadre, l'ONEE, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social et la Société d'investissements  énergétiques s'associeront à l’Adjudicataire du Projet.

L'ONEE a déjà par anticipation obtenu des promesses de financements de la part de bailleurs de fonds internationaux comme la BEI, la BAD ou la Kfw pour plus 400 millions d'euros.

Le consortium gagnant sera rémunéré sans subventions directes mais par la vente à long terme d'électricité à l'ONEE selon le prix proposé par le vainqueur de l'appel d'offres.

Pour cela, il faudra attendre encore un peu.

N.D.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle