Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : "Nous prévoyons de réduire notre empreinte carbone de 20% à l’horizon 2020", annonce la CDG

, , ,

Publié le

Maroc : Nous prévoyons de réduire notre empreinte carbone de 20% à l’horizon 2020, annonce la CDG © cdg.ma

La COP22 est l’occasion pour tous les grands opérateurs marocains de présenter leurs engagements climatiques. Bras armé de l'Etat et premier investisseur institutionnel du royaume, le Groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG), l'équivalent de la Caisse des dépôts française est en capacité de mobiliser pour l’investissement 9 milliards d'euros de dépôts d’épargne de long terme. Son directeur général depuis janvier 2015, Abdellatif Zaghnoun, (photo) explique à Usine Nouvelle ses engagements écologiques. La CDG prévoit notamment de créer une société pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et éclairage publics.

L'Usine Nouvelle : La CDG est le principal investisseur institutionnel marocains. Elle est présente dans presque tous les domaines de l’économie. Allez-vous prendre des engagements pour participer à la lutte contre le changement climatique et ses effets ?

Abdellatif Zaghnoun : Nous sommes en train de mettre en place une vision stratégique à l’horizon 2020 que nous présenterons début 2017. La dimension climat y sera une préoccupation majeure. Pour tous les nouveaux bâtiments, tous les nouveaux projets du Groupe, nous prendrons en compte l’aspect environnemental. A tous les nouveaux projets que nous déciderons de financer, nous poserons également des conditions environnementales et d’efficacité énergétique. En interne, nous prévoyons de réduire notre empreinte carbone de 20% à l’horizon 2020. Nous commencerons par travailler sur nos bâtiments tertiaires et l’hôtellerie avant de généraliser la démarche à tous nos bâtiments. Aujourd’hui, certaines de nos filiales ont déjà commencé à mesurer leur empreinte carbone. Notre filiale de Taghazout va présenter ses résultats le 16 novembre pendant la COP.

Votre action sera-t-elle limitée aux frontières des activités actuelles de la CDG ?

La stratégie nationale d’efficacité énergétique a fixé pour objectif d’économiser 12% de notre consommation d’énergie en 2020 et 15% à l’horizon 2030, c’est pourquoi nous allons créer une société avec l’Office National de l’Electricité et la nouvelle Agence Marocaine de l’Efficacité Energétique (ex-ADEREE) pour accompagner les services de l’Etat et les ministères dans leur propre transformation. Nous allons cibler deux domaines : les bâtiments publics - écoles, hôpitaux, établissements pénitentiaires, locaux sportifs … - et l’éclairage public parce qu’il représente 30% des dépenses de fonctionnement des collectivités. Le rôle de la CDG sera d’apporter des financements en sollicitant des organismes de crédit comme l’AFD, la KfW qui ont déjà affirmé leur intérêt pour notre initiative.

Vous parlez de créer une nouvelle filiale dédiée à l’accompagnement des services de l’Etat. Cette décision ne va-t-elle pas à l’encontre des recommandations de la Cour des comptes qui pointait du doigt dans son rapport sur les établissements publics en juin dernier le phénomène de filialisation excessif du Groupe CDG ? Votre Groupe compte déjà 146 filiales en 2014.

Cette nouvelle société ne sera pas une nouvelle filiale : nous ne pensons pas y être majoritaires. Dans le cadre de notre nouvelle vision stratégique, parmi les axes d’action et d’amélioration, nous prévoyons de rationnaliser le fonctionnement du Groupe, notamment par l’optimisation du nombre de filiales. C’est un axe de travail sur lequel nous allons nous pencher pour, effectivement, réduire le nombre de filiales dans les secteurs de l’immobilier et du tourisme principalement. Fusion, regroupement, toutes les options sont envisageables. Pour les filiales qui ne sont pas rentables : soit il faut les rendre rentables, soit s’en débarrasser. On ne peut pas continuer à gérer des filiales qui ne sont pas rentables.

La CDG est avant tout un organisme financier. Pensez-vous développer également les outils propres à la finance verte pour canaliser les liquidités disponibles sur les marchés vers les projets écologiques ?

Notre filiale CDG Capital est déjà candidate pour être agréée par l’ONU pour pouvoir mobiliser ces ressources financières et financer des projets verts à travers notamment des émissions d’obligations vertes. CDG Capital est déjà active dans ce domaine.

Propos recueillis par Julie Chaudier à Marrakech

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle