Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : dans le cadre d'un nouveau "Plan d'accélération industrielle", Moulay Hafid Elalamy annonce la création d'un fonds doté à terme de 1,8 milliard d'euros

, , , ,

Publié le

Le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy a annoncé, lors des 4ème Assises de l'industrie qui se déroulent ce 2 avril à Casablanca, la création d'un Fonds de développement industriel (FDI). Il représentera une enveloppe de 20 milliards de dirhams soit environ 1,8 milliard d'euros d'ici à 2020. Toute une batterie d'autres mesures dans le cadre d'un nouveau "Plan d'accélération industrielle" doivent venir soutenir 'lindustrie dont le gouvernement attend 500 000 créations d'emplois d'ici à 2020.

Maroc : dans le cadre d'un nouveau Plan d'accélération industrielle, Moulay Hafid Elalamy annonce la création d'un fonds doté à terme de 1,8 milliard d'euros
Le ministre marocain de l'industrie, Moulay Hafid Elalamy
© DR

Priorité à l'industrie. Lors des Assises de l'industrie du Maroc dans la capitale économique du royaume, Moulay Hafid El Alamy, ministre de l'Industrie a annoncé aujourd'hui la création d'un Fonds de développement industriel (FDI). Celui-ci sera doté de 20 milliards de dirhams à l'horizon 2020 (1,8 milliard d'euros). Celui-ci vise à soutenir le développement des industriels marocains.

Cette annonce fait partie des dix mesures révélées lors de cette manifestation qui réunit le gotha des industriels marocains en présence du roi Mohammed VI et du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

Parmi les autres mesures phares annoncées dans le cadre de ce "Plan d'accélération industrielle", on trouve le soutien des pouvoirs publics à la constitution d'"écosystèmes performants" à savoir la création de chaines de valeur autour de groupes industriels "locomotives" comme Renault à Tanger.

L'objectif de cette nouvelle stratégie qui prend le relais du plan Emergence (2009-2014) est de créer 500 000 emplois dans l'industrie d'ici à 2020, dont la moitié via les investissements directs étrangers (IDE).

23% du PIB en provenance de l'industrie

Autre cap : parvenir à une part de 23% du PIB provenant dans l'industrie à l'horizon 2020 contre 14% aujourd'hui. Une véritable gageure.

Par ailleurs, le ministre a confirmé les dispositifs visant à développer la compensation industrielle ("offset") dans le cadre notamment des grands contrats et de la commande publique dont 20% seront réservés aux PME nationales

Dans le même ordre d'idée, des parcs industriels à vocation locative seront créés pour faciliter l'accès au foncier.

un suivi accru des accords de libre-échange

Alors que le commerce extérieur du royaume est très déficitaire, le ministre a annoncé un suivi accru des accords de libre-échange conclu par le Maroc et la lutte contre le dumping de certaines entreprises étrangères au Maroc.

Il veut également favoriser l'accompagnement des entreprises marocaines sur les marchés étranger. De plus, selon lui "le Maroc a des atouts pour tirer parti des 85 millions d'emplois que la Chine va créer dans le monde notamment en Afrique du fait de la hausse de ses propres coûts de production."

Moulay Hafid Elalamy a réaffirmé à l'occasion de cette manifestation à Casablanca la vocation africaine du Maroc dans le cadre d'une coopération sud-sud renforcée.

D'autres mesures concernant l'intégration du secteur informel ou encore le développement des qualifications professionnelles des salariés ont été citées.

Le ministre a aussi obtenu des opérateurs télécom Méditel, Inwi et Maroc Telecom une baisse de 25% de certains tarifs des liaisons internationales haut débit afin de relancer l'offshoring actuellement en panne de croissance.

A l'occasion de cette grande manifestation, la première fixant le cap choisi par le ministre de l'Industrie suite à sa nomination en octobre dernier, plusieurs conventions d'investissement ont par ailleurs été signées, notamment l'implantation d'Alcoa Fastening System sur la zone franche Midparc de Casablanca.

Sur cette même zone, l'entreprise Ateliers de Haute-Garonne doit également implanter une usine. Ces deux entreprises opérent toutes deux dans les fixations et devraient à terme générer un cumul de près de mille emplois.

Le gouvernement s'est par ailleurs engagé à mettre fin progressivement aux retards de paiement de l'administration... mesure la plus applaudie par l'audience.

Pierre-Olivier Rouaud, à Casablanca

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle