Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : limogeage surprise du directeur de l'Agence de régulation des télécoms

, ,

Publié le

Azzeddine El Mountassir Billah a été démis de ses fonctions de directeur général de l'ANRT du Maroc.  ll s'était illustré ces dernières années par ses injonctions vis à vis de l'opérateur historique Maroc Telecom concernant la libéralisation de la boucle locale mais aussi l'interdiction des services Voip.

Maroc : limogeage surprise du directeur de l'Agence de régulation des télécoms © anrt

Curieux moment pour un limogeage. C'est en pleine période de formation du gouvernement après les législatives du 7 octobre que la nouvelle est tombée ce mercredi 26 octobre, en fait hier au soir : Azzeddine El Mountassir Billah, 59 ans, a été démis de ses fonctions. Il était directeur de l'ANRT, l'Agence nationale de régulation des télécom (ANRT) depuis 8 ans.

Aucun élément officiel n'est venu encore expliquer ce départ surprise. Le poste de patron de l'ANRT est nommé en conseil des ministres et cette nomination est visée par le roi, ce qui vaut sans doute à l'inverse pour sa mise à disposition. La presse marocaine a indiqué ce milieu de journée qu'Azelarab Hassibi, directeur de la concurrence de l'Agence avait été nommé directeur général de l'ANRT par intérim par Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie du gouvernement sortant.

Dans un monde des télécoms marocains en plein bouleversement depuis plusieurs années, le patron de l'ANRT, un Telecom Paris passé par le secteur privé, était en première ligne sur plusieurs dossiers très en vue . Il avait notamment entamé une longue bataille pour mettre les "nouveaux" opérateurs à égalité de traitement avec Maroc Telecom, l'opérateur historique dans lequel l'Etat est encore présent au capital.

Relations acrimonieuses

Une bataille qui portait essentiellement sur le dégroupage et l'accès aux infrastructures de proximité pour le fixe. Sur ce marché notamment l'internet haut débit (ADSL), Maroc Telecom contrôle encore plus de  95% du marché face aux deux autres opérateurs Méditel, le numéro deux détenu à 49% par Orange et Inwi, filiale du koweitien Zain et du groupe SNI lié à la famille royale. Les injonctions du régulateur sur la lenteur de Maroc Telecom a réaliser pratiquement le dégroupage s’étaient soldées par des relations acrimonieuses entre l’ANRT et l’opérateur historique. Pour rappel, l'Etat marocain détient encore 30% de Maroc Telecom aux côtés de l'opérateur émirati Etisalat qui avait acquis 53% du groupe (par ailleurs coté en bourse), à Vivendi en 2014.

Ce 21 octobre, l'ANRT avait d'ailleurs une énième fois adressé une injonction (particulièrement sévère celle-ci et même publiée au Bulletin officiel)  en ce sens à Itissalat Al-Maghrib (IAM), nom officiel de Maroc Telecom. Une partie de la presse marocaine voit donc dans l'évènement du jour, le résultat final de la confrontation entre le patron de l'ANRT Azzeddine El Mountassir Billah et celui d'IAM Abdeslam Ahizoune, également passé par Telecom Paris

Autre sujet encore plus médiatique, l'ANRT avait en début d'année validé l'interdiction au Maroc des services de voix sur ip (Voip), rendant impossible aux marocains l'accès (sauf à passer par un vpn) aux services de type Skype, Whatsapp ou Viber. Ce qui avait provoqué la colère des usagers.

Lors des législatives d'octobre, certains partis dont le PAM (arrivé deuxième) avaient même promis de faire sauter cette disposition. Comble de l'ironie et motif de fureur pour les internautes marocains, cette interdiction sera levée temporairement pendant la durée de la COP22 (7-18 novembre) pour permettre aux délégués étrangers de communiquer!

Azzedine El Mountassir Billah, avec l'ANRT, avait piloté avec succès bien qu’avec beaucoup de retard, l’introduction de la 4G au Maroc via un appel d’offres qui s’est soldé par le lancement de ce service l’été 2015 par les trois opérateurs.

Mauvais signal

Pour rappel, le royaume compte pour une population de 34 millions d'habitants plus de 43 millions de cartes sim actives et environ 14 millions d'usagers d'internet dans leur immense majorité via le mobile. Le trafic data a bondi depuis l'an dernier et l'introduction de la 4G.

Même si elle est directement rattachée au chef du Gouvernement, l'ANRT est la seule agence de régulation pouvant être considérée comme relativement indépendante au Maroc, où les pouvoirs publics prévoient notamment d'en créer une dans le domaine de l'énergie (l'Autorité nationale de régulation de l'électricité -ANRE). Mais sauf solide justification surprise toujours possible, cette décision est un mauvais signal quand à l'intervention du politique dans la régulation du monde des affaires au Maroc.

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle