Maroc : les industriels anticipent une stagnation de l'emploi au prochain trimestre selon Bank Al Maghrib

Les patrons de l'industrie au Maroc ne prévoient pas d'amélioration sur le marché de l'emploi au cours du premier trimestre prochain au même titre qu'ils ont déclaré une stagnation des effectifs au cours des trois derniers mois. Un tableau peu optimiste ressortant d'une enquête de conjoncture de Bank Al Maghrib au quatrième trimestre de l'année écoulée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Maroc : les industriels anticipent une stagnation de l'emploi au prochain trimestre selon Bank Al Maghrib
La majorité des industriels marocains ont déclaré une stagnation des effectifs employés au cours des trois derniers mois.

Statu quo. La majorité des industriels marocains ont déclaré une stagnation des effectifs employés au cours des trois derniers mois. Cette stagnation recouvrant une baisse dans les industries "agroalimentaires", "chimiques et para-chimiques" ainsi que "textiles et cuir" et une augmentation dans la "mécanique et métallurgie".

C'est ce qui ressort notamment des résultats trimestriels de l'enquête mensuelle de conjoncture au quatrième trimestre 2015 publiée le 26 janvier par Bank Al Maghrib (BAM). (lire les détails de l'enquête ci-dessous).

Et les signaux défavorables ne manquent pas. Les critères passés en revue n'incitent pas à l'optimisme selon les déclarations de la majorité des chefs d'entreprises.

Ainsi "au quatrième trimestre de 2015, les industriels continuent à qualifier le climat des affaires de défavorable" précise la banque centrale marocaine qui confirme ce constat pour l'ensemble des branches excepté celle de l'agroalimentaire ou le climat des affaires est considéré comme normal.

Les conditions de production ne sont guère logées à meilleure enseigne. L'approvisionnement se serait déroulé dans des conditions jugées "difficiles" dans la majorité des branches à l'exception de l' "agroalimentaire" et de l' "électrique et électronique" où il aurait été normal.

"Concernant le stock des matières premières et demi-produits, il aurait été inférieur à la normal, notamment dans la "chimie et para-chimie" et le "textile et cuir", indique BAM.

Quant à la trésorerie, au quatrième trimestre, elle aurait été impactée négativement par la réduction des délais accordés par les fournisseurs.

Une des rares éclaircies de l'enquête concerne l'accès au financement bancaire qui aurait été "normal" selon les déclarations de 84% des industriels.

Autre critère, les dépenses d'investissement de leur côté auraient augmenté au quatrième trimestre 2015 dans l'ensemble des branches sauf pour la branche "textile et cuir" où elles auraient baissé.

En matière de perspectives, concernant les trois prochains mois, "les industriels s'attendent à une hausse des dépenses d'investissement pour l'ensemble des branches, lesquelles seront financées essentiellement par autofinancement selon les entreprises" conclut la banque centrale du Maroc.

Pour rappel, le Haut commissariat au plan a estimé le 27 janvier que la croissance au Maroc ne dépasserait pas 1,3% cette année contre 4,7% en 2015, du fait de la sécheresse et d'une mauvaise année agricole en vue.

N.D.

BAM : enquête mensuelle de conjoncture quatrième trimestre 2015

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS