Maroc : le secteur automobile vise les 10 milliards d'euros en 2020

Au congrès automobile de Tanger, l'effervescence du secteur ne se dément pas.

Maroc : le secteur automobile vise les 10 milliards d'euros en 2020
Usine Renault Tanger

Neuf conventions dans l’automobile entre des investisseurs et les pouvoirs publics ont été signées ce mercredi 23 novembre à l’occasion des Automotive Meetings Tanger Med, congrès de l’industrie automobile marocaine. Ces conventions qui ouvrent droit à des subventions ont été paraphées par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie du gouvernement sortant. Les projets, dont le plus gros est celui du câbleur Leoni représentent un total de 441 millions de dirhams soit environ 41,3 millions d'euros. (1000 dirhams = 92 euros) d'investissements (encadré)

De quoi doper encore une filière en plein boom comme le montre le climat d'affaires et l'effervescence des AMT qui se déroulent du 23 au 25 novembre en réunissant environ 650 représentants du secteur dont une large part d'entreprises françaises alors que la Fiev (Fédération des Industries des Equipements pour Véhicules) est partenaire de ces rencontres.

"Je suis venu pour sentir le vent et voir comment je pouvais m'implanter au Maroc car je suis exclu de certaines consultations fournisseurs car ma société n'est pas présente au Maroc", nous confie le patron d'un sous-traitant rhône-alpin de rang 2.

De fait, le secteur compte désormais plus de 180 sites et l'emploi total dans l'automobile devrait progresser de 57% cette année à 118000 postes.

"Nos projections tablent sur 165 000 emplois au total en 2020 a lancé le ministre. Mais ce n'est que le prolongement de la trajectoire. Nous pouvons faire, et je demande à la filière de le faire, beaucoup plus !", a martelé Elalamy qui vit ses derniers jours comme ministre de l'actuel gouvernement sortant.

Ce dernier en a donc profité pour faire l'article sur les "Ecosystèmes" qu'il a mis en place depuis trois ans, une politique de "clusters" par métiers soutenue par des aides et subventions aux filières. A ce stade, sept secteurs automobile ou sites (câbles, emboutissage, intérieurs, Renault Tanger, PSA Kenitra...) sont labellisés Ecosystèmes et d'autres, dont la plasturgie, le seront bientôt.

650 000 véhicules en vue

Le chiffre d'affaires de l'industrie automobile dopée par la montée en puissance des deux sites Renault à Tanger et Casablanca et l'ouverture future de l'usine PSA à Kenitra en 2019 devrait atteindre le chiffre symbolique des 100 milliards de dirhams, près de 10 milliards d'euros en 2020 contre 60 milliards attendus cette année.

La capacité de production du "site Maroc" devrait alors être proche de 650 000 véhicules, l'objectif des autorités et de la filière étant de parvenir à terme au million avec l'arrivée d'un troisième constructeur. "Il y a une forte dynamique mais nous devons encore travailler sur l'approndissement de la filière, c'est l'objet de ces AMT et aussi sur des sujets comme les coûts logistiques car le Maroc veut devenir une base arrière de l'automobile de l'Europe du sud., nous indique Tajeddine Bennis, président de la commission "industrie" de l'Amica. "En ce sens, nous sommes parvenus à diviser par presque trois le tarif de transit par le Détroit des camions ou encore à susciter la création d'une ligne maritime entre Tanger et Vigo, ce qui donne notamment un accès compétitif au site PSA Vigo pour les équipementiers installés au Maroc".

En attendant, à l'occasion des AMT, le groupe PSA représenté par Rémi Cabon, responsable du projet d’usine au Maroc a confirmé l’ouverture du site pour début 2019 avec l’objectif cible en 2024 de 200 000 véhicules et moteurs par an.

Le constructeur français a tenu avec l'Amica et la Fiev une mini convention fournisseurs très suivie dans l’après midi. Selon lui, d'ores et déjà une vingtaine de nouvelles usines doivent s’implanter au Maroc dans le cadre du projet PSA dans un pays où sont déjà présents des groupes comme Faurecia, Valeo, Lear, Delphi, Yazaki, Snop, Saint-Gobain ou Plastic Omnium. Sans compter Altran dans un centre d'environ un millier de personnes dédié à PSA pour l'ingénierie.

Mais aux AMT, les représentants du groupe PSA ont insisté sur la nécessité pour la filière automobile marocaine de gagner en profondeur sur les rangs 2 et 3, insuffisante selon eux.

Un message porté aussi par Marc Nassif, directeur général de Renault Maroc, dans le cadre de son Ecosystème Renault créé début avril. Le constructeur au losange s’est engagé auprès des pouvoirs publics à porter le taux d'intégration locale de l'usine de Tanger de 40% à 65% d'ici à 2023.

"L'arrivée de PSA sera un challenge au plan commercial sur le marché marocain [qui pèse 130 000 véhicules par an NDR] où nous sommes largement leader, mais cela va aussi nous renforcer en enrichissant toute la filière au plan industriel", a indiqué Marc Nassif.

La dynamique est là et beaucoup de choses inattendues se préparent pour les prochains mois a pour sa part conclu le ministre en forme de "testament industriel".

Pierre-Olivier Rouaud, à Tanger

Le câbleur Leoni en tête
Les conventions officialisées à Tanger représentent 441 millions de dirhams d'investissements. Elles doivent créer 2 122 emplois et générer 2,26 milliards de chiffre d'affaires à l'horizon 2020. Le plus gros projet est celui du groupe allemand de câbles Leoni qui s'est engagé sur 156 millions de dirhams d'investissement et 1515 créations d'emplois. Les autres conventions concernent les entreprises Novaerum (80 millions de dirhams) FAW Automotive (51 millions de dirhams), Elastomer Solutions (35 millions de dirhams) et Gergonne (42 millions de dirhams).

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie et Ilyas El Omari, président de la région Tanger Tétouan Al Hoceima inaugurent les Automotive Meetings Tanger Med

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS