Maroc : le premier fonds d'investissement vert dédié à l'Afrique recherche des investisseurs privés écolos

Green Growth Infrastructure Facility for Africa (GGIF), c'est le nom du premier fonds d'investissement vert dédié au continent africain et ciblant l'économie verte que viennent de lancer conjointement la Banque mondiale et le fonds marocain Ithmar Capital. Objectif, attirer des investissements privés.

Maroc : le premier fonds d'investissement vert dédié à l'Afrique recherche des investisseurs privés écolos

Une première en matière de financement vert pour le Maroc et le continent africain. Le royaume, à travers le fonds souverain d’investissement Ithmar Capital, financé par l'État avec le Fonds Hassan II et la Banque Mondiale ont signé le 16 novembre, un mémorandum d’entente pour le lancement du Green Growth Infrastructure Facility for Africa (GGIF) en marge de la COP22 à Marrakech.

Créé le 11 novembre 2011, le Fonds marocain de développement touristique (FMDT) partie prenante de cette initiative, dont les résultats sont mitigés, est en plein bouleversement et prépare sa mue pour devenir un “fonds souverain” agissant non plus sur le tourisme mais dans tous les secteurs de l’économie marocaine. Pour ce fait, il devient Ithmar Capital.

"À la différence de la majorité des fonds pour le climat créés à ce jour, dont le but est d’accorder des subventions ou des financements concessionnels accordés par les donneurs, le GGIF for Africa est structuré comme un fonds de capital investissement" prévient Ithmar Capital dans un communiqué daté du 16 novembre sans pour autant préciser qui prendra la direction de ce fonds ni dévoiler son montant.

L'objectif principal du GGIF for Africa en tant qu'outil de soutien aux initiatives en Afrique est d’attirer des investisseurs privés à la recherche d’investissements responsables et écologiques.

"En plus de tirer profit de flux de capitaux privés pour l'investissement dans des infrastructures écologiquement durables, le GGIF se concentrera sur la réduction du risque des projets marginalement non-solvables afin de les rendre viables. Les outils incluront des mécanismes innovants pour la préparation des projets et les structures de capital" souligne le communiqué.

"L’initiative mobilisera des capitaux du secteur privé, par le biais de partenariats public-privé (PPP) aussi bien au niveau GGIF for Africa qu’au niveau des projets entrepris," pointe encore le communiqué.

Il s'agit de catalyser la transition en Afrique vers une économie verte en orientant les flux de capitaux vers la mise en place de projets d’infrastructures efficaces, durables et à faible émission de carbone.

Un meilleur accès aux énergies, l’implémentation d’infrastructures productives d’énergies propres et le transport et la logistique à faible émission de carbone avec une répartition efficace des ressources hydrauliques, forment les axes privilégiés.

L'Afrique, rappelle le communiqué, a besoin chaque année de 7 000 MW de production d'électricité, mais elle n'a installé que 1 000 MW (14,3%) au cours des dernières années. Sur le continent noir, poursuit la même source, moins de 5% des terres agricoles sont irriguées, moins de 10% du potentiel hydroélectrique sont exploités et seulement 58% des Africains ont accès à l’eau potable.

Ce projet s'inscrit dans le contexte marocain de l'offensive diplomatique vers l'Afrique subsaharienne menée par le roi et visant notamment un retour vers l'unité africaine en s'assurant un maximum d'appui de pays africains dans le dossier du Sahara.

Ce contexte marocain voit également la volonté du Maroc de devenir un hub financier à travers notamment le cadre législatif et fiscal dit Casablanca Finance City (CFC).

N.D.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS