L'Usine Maroc

Maroc : la banque centrale maintient son taux directeur inchangé et prévoit une division par deux de la croissance du PIB en 2016

, ,

Publié le

A l'issue de sa troisième réunion trimestrielle de l'année, ce 22 septembre, le conseil monétaire de Bank al Maghrib a décidé  de maintenir le principal taux directeur à son niveau actuel, soit 2,5%. Son anticipation de la croissance du PIB pour 2016 est seulement de 2,6%, soit presque deux fois moins que les 4,6% prévus cette année.

Maroc : la banque centrale maintient son taux directeur inchangé et prévoit une division par deux de la croissance du PIB en 2016
Abdellatif Jouahri, wali de Bank al Maghrib veut continuer de soutenir la croissance avec ses taux bas.
© dr

Rien de nouveau sous le soleil de Rabat. Le conseil monétaire de Bank al Maghrib (BAM), la banque centrale du Maroc comme la Fed américaine la semaine dernière a opté pour le statu-quo. Et décidé de maintenir le principal taux directeur marocain à son niveau actuel, soit 2,5%, un chiffre historiquement bas.

L'an dernier devant l'atonie de la conjoncture économique, l'institution dirigée par Abdelatif Jouahri avait, fait inédit, abaissé à deux reprises ses taux d'un quart de point, à savoir il y a tout juste un an en septembre 2014, puis une nouvelle fois en décembre.

Aujourd'hui, la croissance est plus vigoureuse. Selon BAM, "au niveau national, la croissance s’est établie à 4,1% au premier trimestre contre 2,8% un an auparavant, résultat d’une hausse de 12% de la valeur ajoutée agricole contre un repli de 1,6%".

Selon l'institut d'émission, la croissance sur l'ensemble de l'année 2015 devrait s’établir à 4,6% au lieu de 2,4% en 2014, "portée principalement par les activités agricoles, tandis que le rythme du PIB non agricole devrait rester limité à 3,3%".

En dépit de cette reprise, les risques de dérapage de l'inflation restent minimes. "L'inflation devrait rester en ligne avec l’objectif de stabilité des prix. Elle s’établirait à 1,8% en 2015 et à 1,5% en moyenne sur les 6 prochains trimestres", note le communiqué publié à l'issue de la réunion du conseil.

Bank al Maghrib, préfère donc continuer à soutenir l'économie avec de l'argent à bon marché plutôt que de jouer les faucons. D'autant que rien n'est gagné en terme de croissance. Ainsi au premier trimestre, la progression du PIB non agricole a décéléré de 3,4% à 3,1%.

Et selon le communiqué de Bank al Maghrib "en 2016, sous l’hypothèse d’une campagne agricole normale, la croissance devrait revenir à 2,4% et sa composante non agricole devrait se stabiliser à 3,3%".

Une division par deux du taux de croissance actuel de l'économie marocaine qui justifie à lui seul le statu-quo monétaire.

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte