Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Maroc : l'OCP lancé dans un projet d'usine d'engrais en Ethiopie à 2,2 milliards d'euros

, , , ,

Publié le

Associé aux autorités éthiopiennes, le groupe public marocain de phosphates OCP lance un projet de complexe de fertilisants en Ethiopie de plus de 2,2 milliards d'euros sur cinq ans. Le Maroc qui détient les premières réserves mondiales de phosphates cherche de plus en plus à s'intégrer vers l'aval alors que la diplomatie de Moahmmed VI creuse son sillon pour préparer l'intégration du royaume à l'Union africaine dont le siège est situé à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Maroc : l'OCP lancé dans un projet d'usine d'engrais en Ethiopie à 2,2 milliards d'euros
Maquette du projet d'usine présentée à M. VI.
© ocp

Ce sera le plus gros projet industriel conduit par une entreprise marocaine en dehors des frontières du royaume. L'Éthiopie et le Maroc ont signé samedi 19 novembre un accord de construction d'une énorme usine d'engrais agricoles, à l’occasion d’une visite officielle de Mohammed VI dans ce pays.

Le projet sera conduit par le groupe public marocain OCP qui exploite les très importantes ressources du royaume en phosphate et s’est lancé depuis plusieurs années dans la fabrication d’engrais élaborés sur ses plateformes de Jorf-Lasfar et Safi notamment et cherche maintenant à dupliquer cette expérience à l’international.

L’investissement est estimé à plus de 2,2 milliards d'euros sur cinq ans.  Il devrait permettre à l’Éthiopie de devenir autosuffisante pour certains engrais dès 2025, selon les promoteurs du projet qui sera implanté dans la ville de Dire Dawa à 250 km au sud de la frontière avec Djibouti.

Le complexe vise la production de 2,5 millions de tonnes d’engrais par an, à l’horizon 2022.

"S’appuyant pleinement de la complémentarité entre les ressources naturelles respectives des deux pays, cette plateforme de production d’engrais, intitulée Dire Dawa Fertilizer Complex, produira des engrais à base de potasse et de gaz d’Ethiopie et d’acide phosphorique du Groupe OCP.", indique l’Office des phosphates dans un communiqué sans préciser les modalités de financement.

Pour rappel, l'OCP a réalisé un chiffre d’affaires 2015 de 4,9 milliards de dollars en hausse de plus de 12% en monnaie marocaine et stable en dollars. Le groupe marocain est lancé depuis cinq dans un gigantesque programme d'investissements et a consacré 1,4 milliard de dollars à ceux-ci l'an dernier. Par ailleurs, depuis l'an dernier, l'OCP se constitue peu à peu un réseau de filiales commerciales et d'unités de mélange dans une quinzaine de pays du continent noir.

La consommation moyenne d'engrais en Afrique est de 10 kg par hectare seulement contre une moyenne de 100 kg dans le monde, avec seuls quatre marchés africains développés : le Kenya, l’Afrique du sud, le Nigeria et... l’Ethiopie, un pays qui tire 40% de son PIB du secteur agricole.

 
Cette plateforme intégrée "sera dotée de toutes les infrastructures nécessaires, logistiques, accès aux intrants, stockage et transport et satisfera 100% de la demande en engrais de l'Éthiopie en proposant des engrais adaptés à des prix compétitifs aux agriculteurs locaux. De plus, la nouvelle connexion par rail avec les pays voisins permettra d’exporter au marché régional", explique l'OCP. 
 
Selon le groupe marocain, un investissement additionnel de 1,3 milliard de dollars est prévu d'ici 2025 pour atteindre 3,8 millions de tonnes d'engrais de capacité par an à travers neuf unités.

À noter que l'expansionnisme du groupe marocain ne se limite pas à l'Afrique. Ce 21 octobre, l'OCP a créé une JV à 50 - 50 avec le groupe industriel indien Kribhco pour un investissement dans une usine d'engrais dans un port dans l'État d'Andhra Pradesh pour 230 millions de dollars.

Mais, cet investissement en Éthiopie survient en pleine offensive diplomatique de Mohammed VI en Afrique. Le Maroc s’active pour préparer l’intégration du royaume au sein de l’Union africaine dont le siège est à Addis-Abeba qu'il a toujours boudé. Le Maroc avait quitté alors l’OUA sur fonds de tension avec certains États dont l’Algérie ou le Nigéria soutenant les indépendantistes sahraouis du Polisario.

Ces derniers mois, Mohammed VI qui a pris l'habitude de multiplier les tournées africaines s’est rendu notamment au Gabon, Côte d’Ivoire, Rwanda ou Tanzanie. Après son séjour en Ethiopie où il a rencontré le premier ministre Haile Mariam Dessalegn récemment contesté pour la repression de manifestations, le roi du Maroc est actuellement à Madagascar à l’occasion du sommet de la Francophonie, un pays, où, par ailleurs, son grand père Mohammed V avait été exilé par la France.

À l’occasion de son séjour sur l’Ile rouge, plusieurs accords économiques ont été signés avec le président malgache Hery Rajaonarimampianina.

Pierre-Olivier Rouaud 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle