Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : l’agence de régulation des télécoms soutient le blocage de Viber, Whatsapp et Skype par les opérateurs

, , , ,

Publié le

Le blocage des applications voix sur IP par les trois opérateurs Maroc Telecom, Méditel et Inwi est conforme à la réglementation selon l’ANRT, l'agence de régulation des télécoms du Maroc.

Maroc : l’agence de régulation des télécoms soutient le blocage de Viber, Whatsapp et Skype par les opérateurs
Azdine El Mountassir Billah, directeur de l'Agence nationale de régulation des télécommunications marocaine (ANRT).
© anrt

Jusque là, personne ne s’était encore clairement exprimé sur le sujet. L’Agence nationale de régulation des telecoms (ANRT) du Maroc, qui renvoyait jusqu’ici les journalistes vers sa décision n°04-04, a indiqué, dans un communiqué, le jeudi 7 janvier dans l'après-midi que "la suspension [des services gratuits de téléphonie sur IP offerts par certaines applications disponibles sur Internet, ndlr] s’inscrit dans le cadre de la mise en conformité des exploitants avec les obligations qui leur incombent dans le cadre des licences dont ils sont détenteurs", .

Depuis quelques jours, dans le flou général et sans qu’aucune annonce officielle ne soit faite, les appels par Skype, en 3G (mais pas en wifi,,,) et par Whatsapp voire Wiber – toutes des applications voix du IP - sont bloqués.

"Il en ressort que les dispositions réglementaires régissant la fourniture des services de téléphonie (Voix sur IP ou autres) sont claires et [qu’ils] ne peuvent être fournis que par les exploitants détenteurs de licences de télécommunications », précise l’ANRT dans son communiqué.

Mais, l’agence publique ne se contente pas de dire que la décision de blocage respecte la réglementation. Le régulateur marocain ajoute qu’il a l’obligation, selon lui, d’opérer cette "suspension de services", laissant ainsi entendre que cette suspension devrait logiquement être permanente.

Suite à la colère des utilisateurs, aucun des trois opérateurs marocains de téléphonie, Inwi, Meditel et Maroc Telecom, n’a confirmé avoir pris la décision de bloquer ces applications.

Seul Abdeslam Ahizoune, le PDG de Maroc Telecom, l’opérateur historique, s’est exprimé dans l’édition du 7 janvier du quotidien Akhbar El Youm, pour affirmer que c’est l’ANRT qui  "a bloqué ces applications parce qu’elles ne respectent pas la réglementation en vigueur."

La décision n°04-04 de l’ANRT remonte pourtant à 2004 et ce n’est pas le gendarme des télécoms marocains qui est directement responsable du blocage, puisque celui-ci n’en a tout simplement pas les moyens techniques. L'ANRT n’a pas non plus donné mandat aux opérateurs pour effectuer ce blocage, si tant est qu’elle ait ce pouvoir.

Ce n’est pas la première fois au Maroc qu’un opérateur téléphonique tente de supprimer la concurrence jugée déloyale que lui font les applications de téléphonie sur IP.

Fin 2011, début 2012, déjà, Maroc Telecom avait bloqué l’utilisation de Viber et Skype avant de la rétablir, là encore, sans annoncer sa décision.

Julie Chaudier, à Casablanca

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle