Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : l'activité industrielle va accélérer (un peu) au second trimestre, selon le HCP

, ,

Publié le

Dans un contexte de reprise économique, lié surtout au secteur agricole, la croissance de valeur ajoutée de l'industrie marocaine devrait se situer aux alentours de +1,9% en rythme annuel au deuxième trimestre après les +1.4% du premier trimestre, selon le Haut commissariat au plan. Le secteur minier devrait aussi repartir de l'avant. Le BTP lui reste très déprimé.

Maroc : l'activité industrielle va accélérer (un peu) au second trimestre, selon le HCP
Vue de l'usine Somaca de Renault à Ain Sebâa (Casablanca)
© Renault

À vos marques! Dans un contexte où la croissance globale du pays s'est élevée à 4,4% au premier trimestre 2013, le Maroc aurait enregistré sur cette période un léger mieux au niveau de sa croissance industrielle selon le dernier point de conjoncture publié cette semaine par le Haut-commissariat au plan (HCP).

La valeur ajoutée industrielle aurait, ainsi, augmenté de 1,4%, au premier trimestre 2013 en glissement annuel. Les branches des industries agroalimentaires (+4,2%) et les Industries Métallurgiques, Mécaniques et Électromécaniques ou IMME (+2,6%) se seraient particulièrement distinguées.

la croissance industrielle serait attendue autour de 1,9%

Cependant, les articles et matériaux de construction auraient marqué le pas avec un ralentissement de -3,6%, toujours en glissement annuel. Heureusement, cette tendance baissière devrait ralentir au deuxième trimestre 2013. Selon le HCP, la croissance industrielle serait attendue autour de 1,9%. Après les +0.5% du quatrième trimestre 2012 et donc les 1,4% du début d'année, le trend est positif mais l'appareil productif reste fragile.

Un PIB en augmentation de 5,8%
La croissance économique marocaine aurait été de 4,8% au premier trimestre 2013. Elle semble donc accélérer comparée aux 2,7% du premier trimestre 2012. Ce résultat, elle le doit d'abord à la vigueur de la valeur ajoutée agricole qui a progressé de 16,4%. Les activités hors agriculture baissent de rythme avec une hausse de 3,3% après avoir connu un progrès de 4,4% une année plus tôt. Au second trimestre 2013, les perspectives attendues devraient porter la croissance du PIB à 5,8%. De quoi desserrer un peu la forte contrainte budgétaire de l'État.

Ainsi dans son ensemble, le secteur secondaire (industrie, mines, énergie, BTP) a stagné à -0,2% au premier trimestre 2013.

La valeur ajoutée du BTP affiche notamment une forte contraction de 6,5%, après déjà -5,7% le trimestre précédent.

La consommation de ciment aurait, ainsi, baissé de 20,8%. En cause, un flux net des crédits immobiliers, accordé aux particuliers et aux promoteurs, en chute libre après s’être déjà creusé de 38%, un trimestre auparavant!

Le deuxième trimestre 2013 dans le BTP ne fera pas mieux, selon le HCP. Celui-ci attend un recul de 4,2% de sa valeur ajoutée.

La production de phosphate brut a été morose

Concernant le secteur minier, après -0,9% un trimestre auparavant, sa valeur ajoutée aurait affiché, au premier trimestre 2013, une baisse de 3,1%, en glissement trimestriel.

La production de phosphate brut, a été la moins performante du secteur minier pénalisée à la fois par le repli des exportations et les ventes décevantes aux industries locales de transformation.

La production de zinc et du cuivre, aurait connu un léger mieux. Au deuxième trimestre 2013, la valeur ajoutée minière connaîtrait un mouvement sensible de reprise avec l'aide de la demande locale et le frémissement des échanges internationaux des fertilisants, estime le HCP.

La valeur ajoutée de l'énergie de son côté se serait contractée de 3,8% au premier trimestre 2013, en variation trimestrielle. Les activités électriques devraient ralentir sensiblement handicapées par la faible activité industrielle et des activités de construction.

la valeur ajoutée agricole fait un bonD de 16,4% et la pêche explose

Par rapport à la fin de l'année 2012, l’activité du raffinage de pétrole a peu varié. Les effets des cours élevés des matières premières conjuguées aux faibles performances des ventes locales ne permettraient pas beaucoup de marge de manœuvre.

Ce sont les activités agricoles qui se seraient taillé la part du lion dans le taux de croissance global de reprise plutôt bon de l'économie marocaine.

Favorisées par une pluviométrie généreuse, la situation de la plupart des cultures s'est améliorée. Les activités d’élevage ne seraient pas en reste grâce à l’amélioration des fourrages et la pause relative dans l'évolution des prix des aliments de bétail.

Dans son ensemble, la valeur ajoutée agricole progresserait fortement, au premier trimestre 2013, de 16,4%, en variation annuelle.

Les activités de la pêche, au premier trimestre 2013, suivraient le rythme déjà élevé du deuxième trimestre 2012. En variation annuelle, la valeur ajoutée du secteur aurait augmenté de 30,9%, après avoir progressé de +24,3% un trimestre auparavant.

Les importations de leur côté ont reculé de 14,4%

Au niveau du commerce extérieur, les exportations au premier trimestre 2013 ont affiché une baisse estimée à 3,8%. Les importations de leur côté ont reculé de 14,4% soulageant le déficit commercial de 23,5% en glissement trimestriel corrigé des variations saisonnières.

Enfin, la demande intérieure ralentit suite à une consommation des ménages peu soutenue en recul de -3,8% à fin mars.

 

Nasser Djama


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle